WebTV on - Censure off

La panne n'est pas dans votre ordinateur Je viens de créer un média sur un site USA gratuit donc pour le moment limité en fichier http://www.livestream.com/sosparentsabuses, ce sont les prémisses, j’espère grandir et développer ce moyen de communication petit a petit, avec les moyen du bord et les vidéos de chacun, témoignages et les évènements liés a la protection l'enfance, colloque, manif, reportages, etc. ... donc a chacun de vous de le faire vivre en m'envoyant vos œuvres brutes, dont je pourrais faire un montage.

Même si cela ne reste qu’une simple Web TV et non un média national (qui nous boude de toute façon), je sais que les journalistes surf beaucoup donc, on ne sait jamais, j’espère un jour que ce moyen de communication permettra de faire connaitre ce que vivent les parents et peut être à réveiller les consciences, peut on rêver !

Voila ma petite contribution amateur bénévole, mais qui rejoint l'objectif de notre association SOS Parents Abusés depuis son premier jour, informé le plus grand nombre, on verra on cela nous mène.

Daniel de SOS Parents Abusés
--------------------------------------------

Ils ne peuvent censure sans porter atteinte à la liberté d’expression - art 10 de la CEDH [Cour Européenne des Droits de L’Homme]. De plus le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) n'a aucun contrôle sur les médias du web, par surcroît américain, cela ne rentre pas dans leur fonction, malgré qu'il aimera bien tout contrôler avec HADOPI [Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des Droits sur Internet].

En vertu de l'article 2 de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986, la Web TV est définie comme " tout service de communication au public par voie électronique destiné à être reçu simultanément par l'ensemble du public ou par une catégorie " Entendue strictement, la WebTV est un portail dont la vocation principale est la mise en ligne de programmes audiovisuels, sous la forme d'une offre structurée autour d'une ligne éditoriale, généraliste ou thématique.

Une Web TV n’est pas soumise à une autorisation du CSA. La Web TV est une forme spécifique de service de télévision dont la caractéristique se résume à la réception du programme par le biais d'un site Web dédié. N'utilisant pas le réseau de fréquence assigné par le CSA, les Web TV, éducatives en particulier, ne sont donc pas soumises au régime d'autorisation. Youtube ou Dailymotion, hébergé aux Etats Unis sont clairement en dehors du cadre de compétences du CSA qui n'a aucune légitimité sur le Web.

Internet est censé être un média à l’abri de la censure. Il est considéré comme un environnement libre et définitivement démocratique favorisant l’échange d’idées, les affaires ou plus simplement le divertissement, et que les Etats ne peuvent pas le bloquer. Cela ne les empêche pas d’essayer Internet est censuré parce qu’il permet une véritable liberté d’expression pour tous, par le biais des forums de discussion et des pages personnelles. Il ne s’agit plus d’une liberté limitée par les difficultés et le coût de l’accès. D’où la panique des politiques, des moralistes ou encore des juristes, ainsi que de la presse écrite et audiovisuelle, qui y perd un peu de son monopole. Tous ces gens ne supportent que les libertés qu’ils contrôlent.

Nous assistons donc à la collusion des médias qui montent en épingle la moindre photo choquante avec les forces de l’ordre moral. L’objectif, en effet, est de tuer la libre expression des particuliers, en utilisant le fait que certains en font mauvais usage. La censure sous toutes ses formes est une manifestation exemplaire de l’emprise de la société sur l’individu qu’elle cherche à tous prix à faire marcher et penser "droit" et utile.

D’abord il n’y a pas de débat : il n’y a que l’exposé a priori des positions. D’un côté les tenants de la liberté absolue, de l’autre ceux qui cherchent le moyen d’établir le contrôle. Entre les deux, aucune réflexion sur la nécessité, sur les moyens ou tout simplement la définition de cette liberté d’expression. Le Net se construit donc uniquement en suivant les avancées technologiques et les guerres commerciales à l’exclusion de toute réflexion.

Un des arguments pour cette liberté absolue consiste à dire qu’il faut soutenir la liberté d’expression sur le Net parce que la censure y est impossible. Voilà qui est faux car la censure existe déjà sur le Net. Chaque jour des sites disparaissent, victimes d’une forme ou l’autre de la censure. Parce qu’ils n’obéissent pas aux lois sur les droits d’auteurs ou simplement victimes de leur succès. Des formes de censure plus subtiles apparaissent progressivement : le non-référencement dans les systèmes d’indexage, une opinion desservie par un serveur trop lent.

Ou encore la sanction économique : en effet, qui s’intéressera aux petits sites alors que les gros sites proposent des images, du son, des stars, en un mot, face à la télévision interactive à venir ? De plus, la mise sous tutelle du Net par une administration conduit irrémédiablement à la censure des opinions "déviantes", et l’intervention de l’Etat tue l’initiative spontanée.

Vouloir une liberté d’expression totale semble donc illusoire. En revanche, il faut rejeter les tentatives gouvernementales de contrôler cette liberté de manière administrative (façon CSA) alors que c’est traditionnellement le rôle de la justice. Il faudrait alors défendre un Eden numérique, peuplés d’individus responsables, seuls à bénéficier d’une totale liberté, dont le droit d’entrée serait le pris d’un ordinateur et d’une ligne téléphonique.

Mais il faut tout de même reconnaître que cette liberté d’expression facilite aussi les abus, abus qu’il est nécessaire de surveiller mais souvent aussi de contrôler. L’article 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui nous le démontre : " La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement ". Jusqu’ici, ce droit était réservé à certaines catégories professionnelles, comme les journalistes ou les hommes politiques. Avec l’essor d’Internet, un nombre de gens, qui n’a jamais été aussi grand, peut diffuser ses idées avec un coût très bas.

Alors que le flux des médias classiques est à sens unique, en effet, le citoyen qui lit le journal, regarde la télévision, écoute la radio, ne fait qu’absorber de l’information, avec Internet, il est possible de "répondre" à ce flux et de diffuser ses propres informations, et ses propres créations.

Señorita Catherine Therez

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Victimes de l'ASE, victimes du JE
 
x

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×