Le cri des parents

Rembrandt's J'Accuse ! Nous, citoyens et parents , de nationalité française ou pas, salariés ou pas,

Tenons à faire part de notre profonde indignation face à la fronde de magistrats s'appuyant effrontément sur leur soi disants manque de moyens matériels pour assumer leur fonction avec considération et tenons à leur rappeler qu'un cerveau ne s'achète pas pour respecter et faire appliquer la loi.

Nous, parents honorables et aimants nos enfants naturellement, accusons ces autorités judiciaires (notamment en affaires civiles de la famille et des enfants, sans que les dites affaires présentent aucun contentieux pénal) d'un comportement fautif à l'égard de trop nombreuses familles. Beaucoup d'entre nous avons subis de façon parfaitement partiale et infondée, sans preuve ni fait probant, des rapports d'experts fantaisistes grassement rémunérés pour nous éclabousser ; trop d'entre nous ont été accablés de propos diffamatoires et gravement accusateurs reposant sur des idées préconcues.

En conséquence de toutes ces atteintes, des juges ont pu nous priver illégitimement et impunément de nos enfants , de nos droits parentaux et de nos droits humaines au sens de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

Nous accusons le pouvoir judiciaire de faire preuve d'une magistrale impartialité en faisant croire à nos carences parentales imaginaires et imaginées par ces experts désignés pour ce faire en affaires civiles.

Nous pointons du doigt le comportement d'experts et d'enquêteurs empressés à nous descendre sur le mode péremptoire en ne respectant que de très loin et sans jamais être sanctionnés les dispositions des articles 237 à 280 du code civil qui encadrent leur fonction.

Nous accusons le corporatisme mis en avant par certains au nom d'une caste du "pouvoir fraternel" qui néglige volontiers nos moyens de défense face aux calomnies , qui privilégie les ragôts aux détriment des besoins fondamentaux de nos enfants, qui nous déporte dans des points "de rencontre" pour un parloir misérable avec nos enfants en nous faisant honorer la facture de la visite de nos progénitures et en violant en toute tranquillité notre intimité familiale de la façon la plus absurde et cruelle possible, en créant des postes de gardiens de visites qui atteignent  humainement aux valeurs sociales , à la morale et à l'éthique familiale.

Nous accusons une certaine "justice" dite en affaire civile familale, de nous avoir causé des préjudices aux dépens de l'épanouissement de nos enfants et au profit des sévices sociaux obsédés par le "placement".

Nous confirmons notre solidarité de parents blessés par une certaine justice qui ne parle que d'argent, par des travailleurs sociaux à la recherche de toujours plus de moyens sous le sceau de leur république fraternelle sans liberté ni égalité rendue aux parents qui ont le malheur d'être propulsés dans ces prétoires où tout espoir les abandonne.

Nous demandons le droit à des explications, nous qui avons été salis par ordonnance, le droit à demander sanction de comportements déviants de magistrats, le droit d'être les parents de nos propres enfants et le cessez le feu de la traite des enfants en France par les sévices sociaux et leurs alliés.

Nous, parents dans nos institutions familiales respectives, spoliés par l'institution judiciaire au civil, ne renoncerons jamais à être de nos enfants volés "Au nom de la République française" !

CEDIF

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 

 "A Hard Rain's A-Gonna Fall", écrite par Bob Dylan, chanté par Joan Baez

 

A Hard Rain's A Gonna Fall Une pluie dure va tomber
Oh, where have you been, my blue-eyed son?
Oh, where have you been, my darling young one?
I've stumbled on the side of twelve misty mountains,
I've walked and I've crawled on six crooked highways,
I've stepped in the middle of seven sad forests,
I've been out in front of a dozen dead oceans,
I've been ten thousand miles in the mouth of a graveyard,
And it's a hard, and it's a hard, it's a hard, and it's a hard,
And it's a hard rain's a-gonna fall.
Où as-tu été, mon fils aux yeux bleus?
Où as-tu été, mon cher petit?
J'ai trébuché sur le bord de douze montagnes brumeuses,
J'ai marché et rampé sur six chemins tordus,
J'ai pénétré au cœur de sept forêts tristes,
J'ai été à la rencontre d'une douzaine d'océans morts,
J'ai marché dix mille miles dans la bouche d'un cimetière,
Et c'est une dure, et c'est une dure, c'est une dure, c'est une dure,
Et c'est une pluie dure qui va tomber.
Oh, what did you see, my blue-eyed son?
Oh, what did you see, my darling young one?
I saw a newborn baby with wild wolves all around it
I saw a highway of diamonds with nobody on it,
I saw a black branch with blood that kept drippin',
I saw a room full of men with their hammers a-bleedin',
I saw a white ladder all covered with water,
I saw ten thousand talkers whose tongues were all broken,
I saw guns and sharp swords in the hands of young children,
And it's a hard, and it's a hard, it's a hard, it's a hard,
And it's a hard rain's a-gonna fall.
Qu'as-tu vu, mon fils au yeux bleus?
Qu'as-tu vu, mon cher petit?
J'ai vu un nouveau né entouré de loups du désert,
J'ai vu un chemin de diamants avec personne dessus,
J'ai vu une branche noire dégoulinante de sang,
J'ai vu une pièce pleine d'hommes avec leurs marteaux qui saignaient,
J'ai vu une échelle blanche toute couverte d'eau,
J'ai vus dix mille bavards dont la langue était cassée,
J'ai vu des fusils et des épées effilées dans les mains de jeunes enfants,
Et c'est une dure, et c'est une dure, c'est une dure, c'est une dure,
Et c'est une pluie dure qui va tomber.
And what did you hear, my blue-eyed son?
And what did you hear, my darling young one?
I heard the sound of a thunder, it roared out a warnin',
Heard the roar of a wave that could drown the whole world,
Heard one hundred drummers whose hands were a-blazin',
Heard ten thousand whisperin' and nobody listenin',
Heard one person starve, I heard many people laughin',
Heard the song of a poet who died in the gutter,
Heard the sound of a clown who cried in the alley,
And it's a hard, and it's a hard, it's a hard, it's a hard,
And it's a hard rain's a-gonna fall.
Qu'as-tu entendu, mon fils aux yeux bleus?
Qu'as-tu entendu, mon cher petit?
J'ai entendu le son du tonnerre, rugir un avertissement,
Entendu le hurlement d'une vague qui pourrait noyer le monde entier,
Entendu cent batteurs dont les mains étaient en flamme,
Entendu dix mille chuchotements que personne n'écoutait,
Entendu une personne affamée, et entendu beaucoup de gens rire,
Entendu la chanson d'un poète qui mourait dans le caniveau,
Entendu le cri d'un clown qui pleurait dans la rue,
Et c'est une dure, et c'est une dure, c'est une dure, c'est une dure,
Et c'est une pluie dure qui va tomber.
Oh, who did you meet, my blue-eyed son?
Who did you meet, my darling young one?
I met a young child beside a dead pony,
I met a white man who walked a black dog,
I met a young woman whose body was burning,
I met a young girl, she gave me a rainbow,
I met one man who was wounded in love,
I met another man who was wounded with hatred,
And it's a hard, it's a hard, it's a hard, it's a hard,
It's a hard rain's a-gonna fall.
Qui as-tu rencontré, mon fils aux yeux bleus
Qui as-tu rencontré, mon cher petit?
J'ai rencontré un jeune enfant aux côtés d'un poney mort,
J'ai rencontré un homme blanc qui promenait un chien noir,
J'ai rencontré une femme dont le corps brûlait,
J'ai rencontré une jeune fille qui m'a donné un arc-en-ciel,
J'ai rencontré un homme qui était blessé par l'amour,
J'ai rencontré un autre homme qui était blessé par la haine,
Et c'est une dure, c'est une dure, c'est une dure, c'est une dure,
C'est une pluie dure qui va tomber.
Oh, what'll you do now, my blue-eyed son?
Oh, what'll you do now, my darling young one?
I'm a-goin' back out 'fore the rain starts a-fallin',
I'll walk to the depths of the deepest black forest,
Where the people are many and their hands are all empty,
Where the pellets of poison are flooding their waters,
Where the home in the valley meets the damp dirty prison,
Where the executioner's face is always well hidden,
Where hunger is ugly, where souls are forgotten,
Where black is the color, where none is the number,
And I'll tell it and think it and speak it and breathe it,
And reflect it from the mountain so all souls can see it,
Then I'll stand on the ocean until I start sinkin',
But I'll know my song well before I start singin',
And it's a hard, it's a hard, it's a hard, it's a hard,
It's a hard rain's a-gonna fall.
Que vas-tu faire, mon fils aux yeux bleus?
Que vas-tu faire, mon cher petit?
Je vais sortir avant que la pluie ne commence à tomber,
Je vais marcher au plus épais de la plus noire et épaisse forêt,
Où les gens sont nombreux et ont les mains vides,
Où les boulettes de poison ont envahi leurs eaux,
Où la maison dans la vallée ressemble à la prison sale et humide,
Où le visage du bourreau est toujours bien caché,
Où le désir est laid, où les âmes sont oubliées,
Où noire est la couleur, où zéro est le nombre,
Et je le dirai et je le penserai et je le raconterai et je le soufflerai,
Et je le projetterai de la montagne pour que chacun puisse le voir,
Et puis, je resterai sur l'océan jusqu'à ce que je commence à sombrer,
Mais je connaîtrai bien ma chanson avant de commencer à chanter.
Et c'est une dure, c'est une dure, c'est une dure, c'est une dure,
C'est une pluie dure qui va tomber.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (6)

1. Didier Gellenoncourt 26/07/2012

Lu et approuvé. Moi, Didier Gellenoncourt, demande une remise en cause totale de ce système sociale qui nous vole nos enfants. J'accuse cette justice à faire de nos enfants un trafic, et des milliers de familles en ont assez d'être brisées dans leur vie par tout ce système sociale et ces juges incompétents. Nous voulons un vrai changement. Je me demande qui sont les vrais fautifs, ce système diffamatoire qu'emploie le système sociale et les juges pour enfants ou ces pauvres familles qui se font enlever leurs enfants à tort ? A toutes ces familles je demande de vous battre sans relâche contre ce système diffamatoire, moi un simple citoyen victime moi aussi d'une telle injustice. Serrez les poings et battez-vous ! Cela ne doit plus continuer ainsi. Mais je ne suis qu'une voix parmi des millions d'autres.


Didier Gellenoncourt

2. seguin-vilaysack 29/11/2013

Et après ? Qu'allez-vous faire ? Attendre qu'un haut Conseil daigne examiner la constitutionnalité de quelques lois ? Cela peut durer...Faudrait-il des actions plus radicales ? Lesquelles ?

3. Didier Gellenoncourt 15/10/2015

Chers parents,

Ma fille enlevée par l'ASE avait été placé au Centre Mathilde Salomon, c'est un centre de psychiatrie générale où ma fille n'avait rien n'a faire, cela jusqu'à ses 18 ans et dans ce centre, elle a appris à se faire du mal, le psychiatre dont je préfère taire le nom n'était là que pour acte de présence et quand ma fille voulait lui parler, ce psy la renvoyait et c'est là que ma fille a appris à se faire du mal, à se scarifier, j'ose le dire et si je suis repéré par les autorités, je ne dis que la vérité, alors pourquoi avoir peur de dire la vérité. En rentrant à la maison définitivement, ma fille est devenue agoraphobe et ce handicap lui est déjà difficile à vivre maintenant, alors j'ai peur pour son avenir. Elle aura bientôt 20 ans et n'arrive pas à se sortir de cet agoraphobie. Mais nous, parents, nous l'aimons et seront toujours là pour elle car elle a un coeur en or, elle est vraiment très gentille.

Parents, battons-nous pour nos enfants enlevés par l'ASE, formons un bouclier contre ce système qui ne cherche même pas à comprendre le vrai du faut.

J'aime beaucoup cette chanson qui vient du coeur de Joan Baez, merci Joan Beaz car vous, vous avez compris l'esclavage par racisme et l'esclavage moderne en 2015. Honte à cet esclavage.

Je demande aux modérateurs de ne pas supprimer mon message s'il vous plait car je suis un père actif contre l'esclavage. merci de laisser aussi ma signature.

Didier Gellenoncourt

4. enfantsplacestemoignage-effarant (site web) 17/10/2015

https://comitecedif.wordpress.com/2015/10/09/suivi-medical-des-enfants-places-un-temoignage-effarant/

ite d’information , qui dénonce le système de la pédophile en France

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2015/10/11/32758516.html#c67342547
En savoir plus sur http://asso-cedif.e-monsite.com/pages/se-r-vices-sociaux/fichage-familial-des-la-maternelle.html#comment#abbl2HEiwCKirLSQ.99

merci de relier l’information affaire scabreuse , à vomir

Douloureux ! Incompréhensible ! Diabolique !

« Errare humanum est, perseverare diabolicum » locution latine qui signifie

« L’erreur est humaine, persévérer dans son erreur est diabolique »

La seule arme, dont nous disposons devant l’infamie et la négation des droits de l’enfant, reste la plume et… la médiatisation par le biais d'internet


faire tourner sur facebook twitter et réseaux internet

Reblog parce que rien n’est pire que l’oubli, rien n’est pire que le déni !
J’accuse !

Nous accusons !

6. sireix (site web) 24/10/2015

essai

https://comitecedif.wordpress.com/2015/10/09/suivi-medical-des-enfants-places-un-temoignage-effarant/

ite d’information , qui dénonce le système de la pédophile en France

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2015/10/11/32758516.html#c67342547
En savoir plus sur http://asso-cedif.e-monsite.com/pages/se-r-vices-sociaux/fichage-familial-des-la-maternelle.html#comment#abbl2HEiwCKirLSQ.99

merci de relier l’information affaire scabreuse , à vomir

Douloureux ! Incompréhensible ! Diabolique !

« Errare humanum est, perseverare diabolicum » locution latine qui signifie

« L’erreur est humaine, persévérer dans son erreur est diabolique »

La seule arme, dont nous disposons devant l’infamie et la négation des droits de l’enfant, reste la plume et… la médiatisation par le biais d'internet

faire tourner sur facebook twitter et réseaux internet

Reblog parce que rien n’est pire que l’oubli, rien n’est pire que le déni !
J’accuse !

Nous accusons !
En savoir plus sur http://asso-cedif.e-monsite.com/pages/tracts-appels/le-cri-des-parents.html#H2rbe9Ri4CyFqdRw.99

accusons, indiquez où et à qui écrire, comment diffuser au plus large sur le web,
c’est un assassinat puisqu’il y a préméditation, infanticides services d’état !

Ici en France, les mêmes méfaits, la seule solution c’est de monter une contre attaque judiciaire et de tenir tête à la justice face aux justiciables sur les questions de droit, lois nationales et internationales.
En savoir plus sur

https://comitecedif.wordpress.com/2015/10/09/suivi-medical-des-enfants-places-un-temoignage-effarant/

https://comitecedif.wordpress.com/2015/10/09/suivi-medical-des-enfants-places-un-temoignage-effarant/

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site