Sureffectifs de l'Aide Sociale à l'Enfance

Assistant social Face à des abus manifestes de placements d’enfants par les sévices sociaux, le Conseil de l’Europe a publié une brochure titrée « Droits des enfants placés et en situation à risque ». Il y est conclu en substance que les enfants devraient grandir dans leur famille, un rappel nécessaire au principe de subsidiarité qui nous tient à cœur et selon lequel l’Etat ne peut s’ingérer dans nos vie qu’en cas d’absolue nécessité. Les conclusions du Conseil de l’Europe sont que même dans ces cas de nécessité, les autorités publiques devraient mettre en place des aides adaptées et non systématiquement recourir à des placements.

Soyons lucides, il n’est pas nécessaire que les familles connaissent de véritables problèmes pour que des ingérences soit constatées. Il faut bien que les fonctionnaires de la misère sociale puissent travailler ! Ils n’hésiteront donc pas à se saisir d’office ou sur dénonciation malveillante pour des maltraitances dont la définition est élargie à l’extrême allant de la baffe éducatrice aux harcèlements aux devoirs des parents. Evidemment il existe de véritables cas de maltraitances pour lesquels une intervention rapide est indispensable, mais les professionnels des sévices sociaux sont incapables de gérer des maltraitances organisées dans des milieux à risques.

Il existe effectivement des situations plus simples et les exposant moins. Ces situations leur ont permis en toute impunité de placer 40 000 enfants en France pour des motifs injustifiés. Cela fait plus de 10 ans que l’Inspection Générale des Affaires Sociales évoque cette situation dans ses rapports et qu’en face les syndicats des sévices sociaux mettent en avant ce principe de précaution dévoyé qui voudrait que le doute profite aux placements.

Les procédures judiciaires prennent alors le pas sur les procédures administratives. Et même ces procédures administratives dégénèrent en procédures judiciaires au bon vouloir des assistantes sociales en face desquelles les parents ne se sont pas assez rapidement mis à genoux. En effet, il est complètement ahurissant de voir des parents respectables s’humilier devant quelques idiotes fouineuses et autoritaires dont les pouvoirs usurpés dans notre société sonnent comme une revanche sociale pour ces laissées pour compte de l’intelligence.

Une fois qu’elles ont déclenché l’engrenage infernal et envoyé leurs enquêtes à charge sur la foi du risque quelque infondé soit-il, alors les tribunaux sont saisis en urgence et instruisent sur les seuls éléments à charge. L’issue en est le placement de l’enfant en foyer ou une mesure d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO), dans les deux cas l’enfant est supposé en grave danger donc les parents sont considérés comme indignes ! Ainsi aux 40 000 enfants placés sans justification on peut en ajouter le même nombre en famille d’accueil ou sous liberté surveillés chez un « tiers de confiance » ou encore dans la famille. On atteint alors le chiffre d’au moins 100 000 parents considérés à tort comme indignes !

Le coût moral de telles mesures est impossible à chiffrer : dépressions, suicides, avenirs gâchés pour les enfants.

Il est plus facile d’en chiffrer le coût financier et d’en identifier les bénéficiaires. Ainsi selon l’association de défense des enfants placés, le « Fil d’Ariane », la procédure de signalement d’enfant en danger coûte 5 000 euros en frais de justice, autant de gagné pour les magistrats. Le placement qui s’en suit coûte à la collectivité 1 500 euros par mois et par enfant, autant d’argent gagné dans le business des familles d’accueil, voire le double 3 000 euros pour un placement en foyer, ça c’est le business des éducateurs (chiffres actualisés du rapport du Conseil d’analyse économique rédigé par Evelyne Sullerot et Michel Godet en 2001).

On commence à comprendre un peu mieux l’intérêt des placements abusifs. Sans eux combien de poste d’éducateurs, d’assistantes sociales seraient supprimés ? Et que deviendrait alors cette pléthore de salariés dont une bonne partie ne peut espérer mieux qu'une reconversion dans le marketing téléphonique ?

Xavier Collet

8 votes. Moyenne 4.13 sur 5.

Commentaires (12)

1. Xavier Collet 05/12/2010

Eh oui, j'ose le dire, l'assistante sociale représentée dans ce dessin existe réellement, va-t-elle se reconnaître pour nous faire un procès ?

2. FELICIA 05/12/2010

comme c'est bien dit
rien à ajouter
c'est comme ça que ça se passe exactement comme ça
franchement: j'imprime, je fais encadrer et je le placarde sur mon mur du salon
Xavier merci d'exister pour savoir trouver les mots qui bloquenty dans ma gorge, qui sont le fruit de leurs conneries de société carnivore et vorace
en plus tu pleurniches pas, le quota émotionnel est inhibé, TU PEUX ET TU SAIS EN PARLER DE CETTE REALITE

3. poupart 27/12/2010

je suis toute a fait d'accord avec vous pour ce que vous dites, je suis dans une situation ou la loi francaise et pourri,je voudrez trouver une association sur les cotes d'armor qui pourrais m'aider contre l'injustice du tribunal et des educateurs.
a ce jour mes 3 enfants sont placè pour des raisons inssufisantes parce que je n'ai pas fait de bilan orthophonique et psycologie. je suis plus avec le pere de mes enfantsdepuis 3 ans et la justice me reproche se qui c'est passè dix ans en arriere. j'ai refait ma vie avec un homme qui une fille meme ca on me l'a reprochè .sa fait 2 ans que je suis avec cette homme et nos enfants s'entendaient bien avant qu'on me retire mes propres enfants pour les placè en foyer.ou et la justice aujourd'hui bonne question.

4. CEDIF 27/12/2010

Merci de votre message.
Nous pourrions approfondir votre affaire, vous pouvez envoyer un mail à collet.xavier@aliceadsl.fr.

5. ANONYME 27/12/2010

Madame

Les services sociaux des Côtes d'Armor comme dans la plupart des villes Françaises inversent les rôles

Les parents d'enfants victimes, et ils sont nombreux, doivent s'unir pour inverser la maltraitance faite aux enfants par la justice qui devrait les protéger.

6. Boris Tanusheff 14/02/2011

@FREDDY
Madame, pour des raisons qui ne dépendaient pas de moi, votre commentaire n'est plus en ligne. Cependant, pour ne pas donner l'impression qu'on pratique de la censure, je vais vous répondre en le citant. Vous dites que les propos de l'article sont virulents, mais n'empêche qu'ils traduisent la vérité, et s'ils sont forts, c'est parce que l'injustice et la souffrance qu'elle entraine est immense. Votre propre expérience vous fait dire également que les enfants placés chez vous ont tous eu un passé lourd, mais vous êtes probablement spécialisée dans un tel accueil, ou vous êtes l'exception qui confirme la règle, car les statistiques sont là pour prouver l'exactitude de l'article qui ne fait que suivre la réalité. Et quand vous parlez que vous ne touchez que de 1100 € par mois, n'oubliez pas que c'est une somme que vous avez pour ne rien faire d'autre de ce que font tous les parents, même au chômage, qui s'occupent de leurs enfants. Essayer seulement d'imaginer combien des enfants auraient pu restés dans leurs familles si une minime partie de la somme de 5 000 à 6 000 € (ou même de votre solde de 1 100 €), qui coûte un placement d'enfant aux contribuables, aurait été allouée aux vrais parents. Evidement que c'est un business qui produit des intérêts et pour cette raison il est défendu à tout prix malgré la souffrance et la destruction des enfants et de leurs parents - vous par exemple, ne seriez pas au chômage si vous n'auriez pas eu ce "job" ?

7. solange 16/02/2011

@freddy - j'ai aussi été censuré. veuillez me contacter sur mon e-mail.

8. Boris Tanusheff 16/02/2011

@solange
Personne n’est censuré puisque vous lisez mon commentaire sur FREDDY où j'ai repris le sien. Par contre si vous persistez sur la voie des insinuations, moi, en tant que webmestre, je vais supprimer vos messages, tout comme les e-mails non autorisés, car nos pages ne font pas partie d’un site de rencontre.

9. CEDIF 16/02/2011

Il faut préciser que la personne qui écrit sous le pseudo de Solange est à l'origine d'une dénonciation calomnieuse et qu'elle est actuellement poursuivie de ce chef.
Il est intéressant de constater que sévices sociaux et calomniateurs n'hésitent pas à se manifester sur notre site, c'est la preuve que nous les inquiétons.

10. anonyme 16/02/2011

a peur !

11. CEDIF 17/02/2011

En fait il faut que l'on t'explique quelque chose LR Solange : le CEDIF combat les calomniateurs dans ton genre, on t'a laissé t'exprimer pour que les familles victimes de personnages comme toi puissent voir de quoi tu es capable.
On garde donc trace de tes messages pour que tu puisses en répondre, mais tu comprendras qu'un message comme "quoi ??????" n'a pas le moindre intérêt. Maintenant si tu as quelque chose d'édifiant à dire, vas y on t'écoute, on te méprise très profondément mais on t'écoute.

12. suire (site web) 19/03/2015

Bonjour, bien évidement c'est un bizness, j'étais au téléphone ce matin avec une pseudo psy de l'ase de Bressuire et quand je lui ai cité les chiffres elle s'est mise en colère et a raccroché. Les assistantes familiales ne font que reprendre les litanies que leurs dictent les SS.En tout cas depuis que ma compagne lit les conseils prodigués sur ce site CEDIF, elle n'a plus peur d'eux ni du juge.Nous avons raison de nous battre ,quant aux calomniateurs ,moi je ne plaisante plus c'est illico plainte pour diffamation .Je puis vous assurer que depuis que je menace un SS de le trainer en justice ils sont devenus moins cons,bizzarement ils se mettent à réfflechir.Et ce n'est pas fini,ces gens là m'ont trahi ,insulté,ils font souffrir la femme que j'aime ,ils font souffrir des enfants , c'est tout simplement honteux.Depuis qu'ils me connaissent ils ont compris que je suis le mauvais numéro.J'ai décidé d'être leur cauchemard.,je les empêche de dormir,Bientôt je vais alerter les journalistes locaux sur les agissements des SS de Bressuire.Je peux prouver tout ce que j'écris,ils le savent et vraiment ils n'aiment pas ça.Ma sœur est assistante familiales dans le département de la Vienne, elle touche 30 euros par jour et par enfant,à cela s'ajoute un budget pour les habits , les jouets , et les fournitures scolaires,ma sœur déteste l'ASE(son employeur) .Mais c'est un bon job , bien payé et pas fatigant,celà peut même être un beau métier lorsque le placement n'a d'autres buts que de proteger les enfants contre des parents violents .Seulement il y'a un hic et vous le savez bien,le métier des SS est devenu un métier de vendeurs..Comme le disent les gens du cidif ils ne sont pas près de s'arrêter il y'a trop d'argent en jeu. Je vous souhaite à tous bon courage , ne lâchez rien et battez vous .

René-Sylvain Suire

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×