Sauvez vos enfants

Larme Cher Madame, Chère Monsieur,

Avez-vous déjà lu le magazine du Conseil Général du Cher ? Avez-vous remarqué que l'on y parle souvent de la famille, que la dernière parution contenait un prospectus avec un numéro d'appel pour le fil ? Savez-vous ce que c'est ? Vous pensez sans doute en le lisant qu'il s'agit d'une simple aide ponctuelle pour les parents débordés par leurs responsabilités.

Eh bien, pas du tout !

Le fil permet de répertorier plus de "familles à problèmes" pour lesquelles des interventions d'assistantes sociales pourront aller jusqu'au placement des enfants en foyer. Donc, il s'agit là d'une façon de se rabattre des usagers pour créer des postes, des emplois, pour séparer des familles, produire des larmes et du malheur.

Révoltant non ? Pourtant ce n'est que l'arbre qui cache la forêt.

Savez-vous Monsieur, Madame, que les services du Conseil Général recueillent tous les jours des dénonciations dont une bonne partie sont malveillantes notamment suite à des règlements de compte familiaux (grands-parents en conflits avec leurs enfants, couples séparés, divorcés) ou de toute autre nature (voisins envieux, collègues hypocrites), suite encore à des mouvements d'humeur d'adolescents. Que ces services ne sont pas capables de distinguer les véritables abus, maltraitances, des signalements malveillants.

Savez-vous, Monsieur, Madame, qu'alors que vous lisez ce texte des enfants martyrs sont ignorés des services sociaux, leurs bourreaux sachant déménager au bon moment. Mais que d'autres enfants sont placés sans justification dans ces centres d'apprentissage de la délinquance que sont les foyers (selon le Fil d'Ariane, un placement sur deux serait injustifiés).

Oui vous avez bien lu, un placement sur deux n'est pas justifié. Ce qui veut dire qu'un enfant sur deux aurait dû être remis à sa famille ou encore ne jamais lui avoir été enlevé. Imaginez vous ce que doit ressentir un enfant arraché à sa famille à la sortie de l'école, emmené par des éducateurs pour être conduit dans un lieu froid et hostile comme un foyer.

Imaginez la peur de votre fils ou de votre fille séparé de vous, en face d'adolescents en proie à des crises de fureur, l'imaginez vous éventuellement violenté, racketté ? Pensez un peu à ces mères, à ces pères qui ne peuvent parler sans témoin à leur enfant, que ce soit au téléphone ou dans des parloirs à l'occasion de ce que les services sociaux appellent des visites médiatisées. A l'humiliation de passer pour maltraitants devant un juge des enfants, à vous faire insulter, calomnier par des éducateurs, des avocats, des magistrats.

Mais ce n'est pas possible, vous pensez cela n'arrive pas par hasard. Vous pensez que cela ne peut pas vous arriver à vous. Vous pensez être garantis contre un arbitraire qui pourrait briser votre famille. Nous le pensions tous et pourtant.

Il suffit qu'une assistante sociale de secteur fasse un signalement sur dénonciation de quelqu'un qui vous veut du mal, ou encore qu'elle se saisisse elle-même en considérant que votre enfant n'est pas comme les autres, qu'il n'aime pas le football ou le rap, qu'il soit un peu trop élitiste, mieux éduqué, pas assez dans le moule, politiquement incorrect, que sais je…. Il suffit en fait de rien du tout pour que le cauchemar commence.

Mais il y a des garanties pensez-vous, le Conseil Général doit au moins faire une enquête sociale si les faits signalés restent anodins.

Ah oui bien sûr, il existe une procédure à suivre qui est censée garantir contre les bavures. Mais, et je suis sûr que vous ne le saviez pas, rien n'oblige les Conseils Généraux à suivre ces procédures.

En effet le Tribunal Administratif d'Orléans, pour ne citer qu'un seul exemple parmi tant d'autres, a reconnu dernièrement la validité d'un signalement au procureur sans la moindre enquête sociale. Qu'est ce que cela veut dire ?

Tout simplement que sans le moindre élément, sans la moindre enquête vous pouvez perdre votre enfant tout en étant un parent modèle, et cela nous sommes bien placés pour le savoir.

Vous ne nous croyez-pas ? Alors appelez le fil et vous verrez ?

Mais pourquoi feraient-ils cela ?

L'enlèvement des enfants par ce qu'il convient d'appeler les sévices sociaux permet de créer des emplois d'éducateurs, d'assistances sociales, de faire du chiffre qui justifie l'attribution de budgets plus importants, la non-réduction d'effectifs pléthoriques, voire la création de nouveaux postes. Il permet également de participer à la déresponsabilisation de la famille, une institution haïe car jugée bourgeoise par les professionnels très orientés de l'aide à l'enfance.

Alors jetez le fil et écoutez plutôt nos histoires de parents maltraités par les sé(r)vices sociaux.

Ce que nous avons à vous apprendre est édifiant…

Xavier Collet

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un extrait du reportage "Jamais sans ma mère" diffusé par France 2 (Envoyé Spécial du 7 juin 2007)

 

Près de 136 000 enfants sont actuellement placés dans des foyers ou des familles d’accueil, séparés de leurs parents. Contrairement à ce que l’on imagine, les enfants battus ou ceux victimes d’abus sexuels ne représentent qu’une petite partie des enfants placés, à peine 20 %. Ainsi que le reconnait l'inspecteur général des affaires sociales, la moitié (68 000) des placements d'enfants en institutions ou en familles d'accueil pourrait être évité. En d’autres termes, 68 000 drames familiaux pourraient être évités !

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (14)

1. SOS Parents Abusés (site web) 20/01/2011

Méthode digne de la seconde guerre mondial, ou la dénonciation de son voisin était un geste citoyen, et ou l'on fichais sur des listes le soit disant paria, comme j'ai coutume a le dire, plus de 70 ans on passé et rien n'a changé.

2. SIRIEIX 20/01/2011

L'article cite le fil, conseil général du Cher. Question dénonciation on peut ratisser plus large encore, au niveau national. Personnellement, j'ai signalé des enfants en danger du fait de l'assistante maternelle de placement, à l'ONED, au 119. Personne n'a bougé le petit doigt, et pour cause, mes signalements ont attéris directement sur les bureaux du Conseil Général ! Le maltraitant non secourant prévenu des signalements par des rabatteurs ! petite soupe en famille, on mixe les enfants et on les avale tout crus... J'affirme que le 119 et l'oned est de collusion avec les services sociaux pour "dénicher" de l'argent public et non pas pour secourir des familles ou des enfants en danger. Et que l'on vienne me prouver le contraire, je ne souhaite que cela CQFD

3. CEDIF 20/01/2011

Oui Sirieix, ce que vous dites ne nous étonnes pas et il faut déballer leurs agissements au grand public, le dernier numéro du jouornal du Conseil Général du Cher consacre un dossier rien que sur le "fil". Le contenu est édifiant, je prendrai le temps de vous en faire part.

4. ANONYME 20/01/2011

Le 119 confie les signalements aux services sociaux
Aucun sérieux, une magouille qui brise les familles et détruit les enfants

5. Daniel (site web) 21/01/2011

« la dénonciation serais un devoir républicain » ?
Quel différence entre « délation » et « dénonciation »… cela peut vous rappeler une autre époque… peut être? 1940…
"Si la délation est condamnable car se faisant au détriment de gens honnêtes, la dénonciation serai devoir républicain prévu dans la loi et permettant de lutter contre les délinquants". BRAVO !!
La grande Guerre permis l’envoi de trois millions de lettres de délation entre 1940 et 1945, en zone occupée comme en zone non occupée, aux services de l’armée allemande. ET AUJOURD'HUI ON NOUS PARLE DE DEVOIR ?? RIEN N'A CHANGE, LES FRANÇAIS ON DÉJÀ OUBLIE.
Chaque année 140000 enfants déportés de leurs familles et placés a l'ASE, grâce au devoir citoyen.
Je ne cautionnerais JAMAIS CES METHODES !!!
Il y a d'autre solution, mais faut il le vouloir.
Je suis contre tout genre de maltraitance, parental et institutionnel, mais comme dans tout, l'abus guette, sous prétexte d'honnêteté, ou chacun veux ce faire bonne conscience, ou désir juste de vengeance ??

6. ONG:" SAUVONS LES ENFANTS PLACéS MALTRAITéS ! (site web) 21/01/2011

Il FAUT une Révolution des Gamins,des Placés,un Nuremberg des ASE-Gestapètes.75 000 enfants RAFLéS en France en 2011,,qui le sait? qui le dénonce??Etat Térorist abject.
Fran Bré du Cantal http://KANTAL.over-blog.com

7. Vanessa 29/12/2011

Bonjour,

Pour mon cas, depuis mon enfance,mon corps appartient donc à l'état la D.D.A.S.S ou l'ASE où j'ai été moi même placé en pouponnière puis en famille d'accueil où j'ai été maltraité( pédophile, maltraitance physique, battu à main et ceinture, séquestré dans une cave ) pendant 10 ans, alors que je me plaignais avec mes mots d'enfants.( placé dans cette famille à l'âge de 1 an 1/² )
Personne n'a bougé, fessait la sourde oreille ça arrangeait tout le monde.
Et maintenant on veut faire pareil à mes enfants.
Donc voilà, tout s'est bien passer pour le première enfant, pour le deuxième complication, eczéma du nourrisson à 2 mois, il se gratte à sang, le médecin généraliste " refuse des examens "pour déterminer l'origine.
Mais m'envoie vers une dermato puisque problème de peau, qui prescrit immédiatement de la cortisone sans examen, comment peut on prescrire un traitement à risque à un bébé d'à peine trois mois sans examen préalable.
Je ne lui donne pas, jeme présente aux urgences de l'hopital de Roubaix 2 fois " refus d'examen" tout d'abord parait il que ça n'existe pas ( les examens )quand j'affirme que je connais des mamans dont les enfants on eu la même chose et qu'on leur a fait des examens, on me réponds oui mais ici on ne fait ou alors il est trop petit ( il y a URGENCE car il se gratte A SANG )
Je vois un pédiatre qu'il fera plus tard fera un signalement à l'ASE de Roubaix me qualifiant de déficiente mentale sans examen qui face à face les yeux dans les yeux m' a affirmé que de la cortisone pour un bébé de 3 mois c'est dangereux et que déjà c'est un traitement dure pour un adulte.
Je retourne voir le généraliste en lui expliquant tout ceci " refus d'examen "même prise de sang en laboratoire extérieur "
Donc là ça doit être une allergie encore une affirmation sans examen, je lui dit que si des examens serait une bonne fois pour toute, on pourrait guérir et soulager mon enfant, car là, on ne sait pas si c’est une allergie ou héréditaire.
( je précise également que cela faisait un certain moment que je me faisais abordé dans la rue par des inconnus, me demandant où j'habitais si c'était mes enfants, si j'étais marié, si j'avais de la famille, plutôt étrange, je pense que c'est lié à ce qui s'est passé par la suite,comme des gens qui repaire une proie )
Je contacte plusieurs allergologue qui refuse de prendre en charge mon bébé et me renvoi vers les urgences qui sois disant vont faire les examens, je leur dis que j'y suis déjà passer et que personne n'a voulu faire d'examen et pire que tout les médecins que j'ai vu " refuse tous "
Je me rend donc aux urgences d'un autre hôpital de Lille, également "refus d’examen ", prescription de corticoïdes, entre mon bébé a perdu 200g, je leur demande si ce n'est pas grave,il m'affirme que nous, c'est parce qu'il a de l'eczéma, qu'il est tout le temps en train , de se gratter qu'il brule des calories.
Dans mon dos, la pédiatre fait un autre signalement à l'ASE, je reçois un courrier " pour les éventuels difficultés que je rencontre avec mon bébé ", hors ce n'est pas avec mon bébé mais se qui refuse de le soigner correctement.,c'est à dire de faire les examens afin de connaitre l'origine et le soigner efficacement.
Donc je n'y vais pas car rien ne dit que je suis obliger d'y aller et je sais pertinemment que la PMI et à la botte des labos, qu'ils von me faire du chantage une fois là-bas, si je ne lui donne pas de cortisone, qui est une drogue cutanée et ferait de mon bébé un client à vie pour les labos.( sachant qu'il y en a des milliers de bébés à qu'ils prescrivent cette merde )
Donc voilà suite à ma non-présentation à ce rendez-vous ( je ne vais tout de même pas donner le bâton pour me faire taper ) il passe plusieurs fois à l'improviste à mon domicile qui est humide, limite insalubre, que le service d'hygiène de la ville de Roubaix est passé et qui le qualifie de descend malgré l'humidité et les moisissures,les fuites sur le toit, l'infiltration.Qu'en début de grossesse, j'avais fait un courrier l'assistante sociale du secteur, qui avait prétendu ne rien pouvoir y faire et que mon logement était mal, qu'il y avait pire que moi. Que mon bébé allait avoir certainement des problèmes de peau à cause de l'état de ce logement.
Plus tard cette assistante sociale montera un dossier contre avec ses collègues de la PMI , de la brigades des mineurs de Roubaix ainsi que ceux de l’hôpital de Roubaix pour déterminer un placement .
Voilà que le troisième passage des services sociaux d'un puériculture ( sans doute homosexuel très effémine avec sa collègue ( une frustrée qui désire ce venger de son sort sur les autres ) s’avèrent fatal pour mes enfants et moi.
Menace direct de placement, de rapport si je ne les suis pas absolument à l’hôpital de Roubaix, là où, j'ai reçu des " refus d'examen " catégorique.
Il affirme qu'ils sont reçu une information mystérieuse et préoccupante, quand vous mordez à l’appât de se mensonge en leur demandant de quoi il s'agit, déjà là,leur piège est bien ficelé et vous y bien enfoncé.
Il réponde une information pré-occupante, je leur demande de qui, il reste sans voix, pour finalement dire d'un pédiatre de cet hôpital.
Et que si je ne les suis pas sur le champ mes enfants vont être placer en famille d’accueil rapidement,mais " c'est de l'abus de pouvoir ", il y a anguille sous roche "
Je précise que je désire poursuivre un allaitement maternel exclusive le plus longtemps possible, d'autant plus qu'on ne connait toujours pas l'origine de l’eczéma de mon bébé.
Ils prétendent alors que mes enfants sont " en danger " au oui en danger avec des malades pareils qui refusent que la maman les protège en abusant de leur pouvoir mais pourquoi tant de méchanceté,je vous avoue que là, je m'inquiète un peu pour la suite car il avait bien un objectif, de retirer mes enfants et les placer.
Car il est bien entendu pas question de l'intérêt de mes enfants comme il prétende mais le leur.
Lapsus révélateur, c'est que j'ai réussi à faire avouait à ce puériculture sans même mentionner les primes qu'ils en touchait quand il arrivait à placer de s enfants, il a dit : " il ne s'agit pas de placer des enfants et de toucher des primes ", " aller venez madame ", complétement ridicule. et chantage au placement, je ne les suis pas. Pourquoi du forcing commercial??
Deux jours plus tard la brigades des mineurs de Roubaix se présente à mon domicile, peur avant 9h du matin. ( 5 officiers armés ) comme si j'étais une criminelle.
Je leur dit mais c'est une blague? Je ne fais pas du trafique d'enfants avec mes enfants. je leur dit que se déploiement est digne de criminelle.
Ils m'ont dit que je n’étais pas en position de parler, il s'agit de mes enfants mais je ne suis pas en position de parler?!!
Un des officiers se permets de prendre le carnet de santé d'un de mes fils sur la table de mon salon, je leur dit que c'est ma propriété, encore une fois, je n'ai pas mon mots à dire, deux disent que si je en les suis pas, mais enfants seront placer sas passer devant la juge.
Arriver dans le bureau menace intimidation, il était très nerveux et presser.
Semblant de taper ce que je dit pendant la " pseudo audition", sois disant que j'ai insulté le procureur de pédophile et tout le monde,au moment designer je vois cette phrase glisser en début d'audition, je leur dit que je ne signerais pas, que je n'ai pas dit ça, que j'ai déjà été auditionner que je dois avoir une copie et avoir le temps de bien tout relire ,il m'arrache la première page des mains et m'ordonne de signer sinon mes enfants seront placés et je ne les verrais plus jamais.
Je leur demande mais qu'est ce que c'est que cette mascarade, s'ils font du trafique d’enfants, que ce n'est pas possible de procéder de la sorte, qu'il faut être des criminels ou payer pour agir comme ça, que je ne signerais, si je ne signe pas vous allez me torturer me tuer, aucune réponse de leur part.
Ils ont juste un coup de file à passer et mes enfants sont placés.
Que je ne sortirais du bureau et que mes enfants ne sortirais pas si je ne signes pas se tissu de mensonge.
Le fameux puériculteur arrive dans mon dos avec une autre collègue, une grosse qui désire également se venger et qui prend plaisir à séparer des enfant de leur mère qui attend avec impatience ce moment de déchirure.
A cet instant ils m'ont demandé de quitter mes enfants des yeux et de les mettre en danger dans un milieu inconnu. De leur faire,confiance là où il n'y a pas lieu dans avoir.
Voilà qu'il m'interdise d'allaiter mon bébé, et que sois-disant j'ai mis en danger mon enfant pour avoir refuser de le traiter avec de la cortisone.
Alors les voilà placer sous O.P.P comme ils ont l'habitude de faire à la chaîne.
Ordonnance de Placement Provisoire.
Là je sens réellement mes enfants en danger, d'ailleurs je leur demande pourquoi ils prennent mon deuxième fils alors qu'il est en bonne santé et que c'est un enfant heureux de vivre, super éveillé et développe, adoré de tout son entourage.
Sois disant pour un bilan, je leur dis que s'il arrive quoi que sois à mon fils à l’hôpital,je porterais plainte que ça sentais mauvais tout ça, qu'il y avait une volonté de faire le mal, je leur ai même demandé s'ils n'était pa sataniste et ils n'ont pas répondu.
Et pourquoi mes enfants, pourquoi il s’intéresse autant à mes enfants puisqu'ils refusaient les examens à mon bébé, c'est qu'il s'en foutait, à moins d'une volonté de créer des problèmes pour proposer des solutions et faire du trafique d'enfants.
Car voilà que le première jour, une pédiatre vient me voir et me dit que oui mes enfants sont en bonne santé, juste que mon bébé à de l’eczéma et qu'ils von tlui faire des examens. Ce qui n'a pas été fait et ils sont rester 20 jours à l’hôpital.
Et deviner quoi, le petit de trois c'est laisser mourir au bout de 3 jours, il ne voulait plus manger plus boire, il vomissait jamais vomi de sa vie.
Ils l'ont perfuser dans mon dos sans m'avoir prévenu de son état.
Je soupçonne un trafique d'enfants dans cet hôpital. CAR POURQUOI CETTE ACHARNEMENT.
Prendre le risque de garder des enfant en bonne santé à l’hôpital.
Mon bébé, il l'habillait en fille alors que c'est un garçon, il m'ont empêcher d'avoir des contacts avec le plus grand.
Je leur ramener des habits tous neufs. Ils ne leur mettais.
Il se sentais abandonnait par sa maman et c'était le cas, ils m'ont demandé pendant 20jours de quitter mes enfants des yeux.
Je ne mangeais presque plus ne buvait plus.
J'ai dit à une puéricultrice " est ce que vous vous soucie de l'état psychologique de mon fils je veux un bilan psychologique, vous enferme un enfant saint dans un hôpital e bonne santé sous la menace si je ne collabore pas "ce n'est pas normal"
Elle a répondu : " j'en ai rien à foutre de l'état psychologique de votre fils "
Là ça commence à faire beaucoup
j'étais surveillé dans cet hôpital même dans les transports en commun j'étais suivi, des gens m’observai sans gêne,il ne s'en cachait même pas , d'autres me regardait d'une haine alors que je ne les connaissais pas.
J'ai contacté deux pédopsychiatre pour leur faire pas de l'état de mon fils et ils m'ont affirmé que ce n'était pas la première fois que ce genre de chose arrive dans cet hôpital.
Il administre des médicaments à mes enfants sous la menace sans mon consentement éclairé et informé, aujourd'hui je suis toujours sous la menace que si je ne laisse pas les services sociaux me harcelaient, ils placent mes enfants.
Je ne reconnaissait plus mon fils à l’hôpital ils ont tout les deux perdu du poids, et ils ont dit que ce n'étais pas grave.
Donc ça n'étais pas dans l’intérêt de Stefan, il fallait qu'il sache exactement quand je rendais visite à mes enfants.
J'ai dit à une puéricultrice pourquoi vous habillez mon petit garçon en fille, c'est les pédophiles qui habillent les petits garçons en fille et elle n'a pas répondu.
L'avocat que j'ai eu lors de la première audience m'a dit de ne pas faire appel sinon je perdrais mes enfants et qu'il valait mieux prendre le risque qu'il soit placer chez de inconnus ou des pédophiles qu'avec moi, je lui dit mais vous avouez que vous êtes des criminels ( il connait un membre de la brigade des mineurs )et il n'a pas répondu.
Trop de silence par rapport à leur acte , il y a anguille sous roche.
il n'a pas répondu.

8. solmon Marie 28/03/2012

je suis dans une situation terrible, j'ai eu ma première fille Chloé à 20 ans, la deuxième Lou à 28 ans d'un autre père. celui-ci est adjudant de l'armée française, il me trompait, a toujours refusé de se marier et que je travail, il était au tchad de puis 4 mois, et lorsque je lui ai fait part de mon envie de nous séparer, il a engagé une enquête sociale avec les services sociaux de l'armée. J'ai élevé Chloé seule sans famille, pendant 4 ans avant de le connaitre et je suis allée jusqu'en licence de droit, j'étais comptable... Aujourd'hui, depuis 7 mois, sans aucune preuve, je ne les ai pas revues, la 1ère qui n'est même pas la sienne a été placée chez lui, elles ont aujourd'hui 4 et 11 ans, j'ai trouvé un appartement F3 et un travail depuis octobre, j'ai fais appel et je n'ai même pas le droit de visite. De plus celui-ci m'a frappé devant les petites afin de ne pas me rendre toutes mes affaires (meubles, vaisselle, tout ce que j'avais en plus de mes deux filles...) et la plainte n'a même pas eu de suites ni été évoquée au procès, rien ne change, je suis désespérée... que puis-je faire de plus ? je vous en supplie aidez-moi, être mère était la chose pour laquelle j'étais la plus douée, comment peut-on faire cela à une mère et ses 2 enfants... l'armée a plus de pouvoir que la "justice" je suis écœurée

9. Didier Gellenoncourt 21/07/2012

Je profite de ce site que le suis depuis quelque temps pour dénoncer une injustice et je ne crains pas d’y laisser mon vrai nom car cette dénonciation n’est que vérité, je n’y invente rien et pour moi c’est important. Voici les faits. Quand ma fille s’est fait agresser au collège, une assistante sociale s’est mêlée aussitôt de cette affaire pour en faire « une affaire d’Etat ». J’ai bien fais soigner ma fille qui a même été suivie quelque temps par des médecins compétents car elle était surtout troublée moralement au point d’avoir peur d’aller au collège par crainte de se faire de nouveau agresser par ce groupuscule de même tabasseurs bien connus du collège. Ce qui fait que ma fille a plus ou moins bien pu suivre sa 3ème. Elle avait alors 15 ans. Maintenant elle va très bien, fait une formation professionnelle car ce n’est pas son truc de vouloir faire des études normales, c’est une manuelle. Elle sort avec ses copines comme toutes filles de son âges (elle a maintenant 16 ans et demi) et est heureuse de vivre. C’est une fille formidable qui a la joie de vivre, d’ailleurs tout le monde autour de nous pourrait en témoigner. Mais voilà, depuis quelque peu, nous rencontrons beaucoup de problèmes à cause de cette assistante sociale qui a fait un dossier scandaleux et calomnieux sur ma fille et nous parents. Maintenant que ma fille et nous-même sommes heureux d’avoir tourné cette page d’agression scolaire, cette assistante sociale s’est permis de transformer des propos de sa scolarité et de nous ses parents. Il parait sur ce dossier envoyé au procureur de la république puis au tribunal pour enfants que ma fille est très malheureuse et en grand danger dans sa santé et, de plus, que nous parents qui sommes en invalidité et sans emploi (je tiens à préciser que mon épouse et moi percevons chacun une allocation d’adulte handicapé donc nous nous en sortons relativement bien), il parait donc que nous sommes incapables de bien nous occuper de notre fille de 16 ans et demi qui est presque autonome maintenant. Nous avons tous trois été convoqués chez le juge pour enfants et reçus comme si nous étions des meurtriers tant la juge était glaciale. Les faits qui nous sont reprochés sont tous des calomnies, même des choses inventées telles que d’après des données trouvées je ne sais où j’aurais passé quelques semaines en hôpital psychiatrique alors que ce n’est absolument pas le cas puisque ma maladie est la fibromyalgie en stade avancé, rien à voir avec la psychiatrie! Je me fais soigner pour fibromyalgie (maladie orpheline qui touche en gros pour simplifier tous les muscles, tendons, ligaments et tout cela sans danger mais vraiment très douloureux). La juge n’a rien voulu entendre de mes explications et n’a tenu aucun compte des voeux de ma fille, à savoir qu’elle fait une formation professionnelle qui va lui prendre de deux à trois ans que je lui paye 1200 euros la formation + les perfectionnements que nous aurions payés, sa joie avec ses copines qu’elle se choisit car nous habitons un cartier « chaud », qu’en quelques mots elle est très heureuse et joyeuse de vivre sa belle vie d’ado. Nous avons tous trois tout fait pour prouver que nous vivons heureux en famille et que tout allait bien, mais la juge a décidé de nous enlever notre fille et de la placer dans un centre psychiatrique pour adolescents jusqu’à sa majorité, la juge a décidé de lui supprimer sa formation professionnelle pour lui imposer une école normale dont ma fille n’a rien à faire, une vie d’ado brisée à cause de calomnies de l’assistante sociale. Une vie de famille heureuse brisée, ma fille est maintenant vraiment dégoûtée de cette justice qui consiste à considérer les faits calomnieux de ce dossier ou fichier qui sort de je ne sais pas où plutôt que de donner raison à une famille heureuse et sans problème. La question que je me pose, moi qui n’ai même jamais reçu de contravention lorsque j’avais encore une voiture, d’après quels fichiers se sont-ils fiés avec tant de détails aussi calomnieux les uns que les autres? Ils savaient tout sur notre vie dans le moindre détail mais tout était faussé. A l’audience, j’en avais les jambes coupées d’entendre de tels absurdités, mon épouse tétanisée d’entendre de telles infamies et ma fille complétement brisée et écoeurée qu’on lui brise sa vie. Maintenant je vais surement être fiché d’avoir dénoncé de telles injustices, de dire que beaucoup de fichiers d’Etat sont carément faussés, que nous sommes vraiment surveillés de près par tous moyens que donne le gouvernement de notre pays, que rien n’échappe à ces fichiers ni même le mensonge. Si j’entrais dans les détails que la juge nous a sorti, détails sans fondements, vous seriez bien étonnés. Cette assistante sociale, ce juge pour enfants n’ont fait que dire des propos calomnieux et maintenant on nous enlève notre fille en fin de mois d’août. Nous sommes impuissants contre de telles injustices et décision. Mais la fille est claire, à 18 ans elle leur claque la porte au nez et n’a pas l’intension de ce soumettre aux caprices de la décision du juge. J’ajoute que ma fille sait ce qu’elle veut pour sa vie et n’a pas l’intension de se laisser manipuler par ces menteurs qui l’on enfoncé. Je voudrais tant que cette affaire soit médiatisée rien que pour montrer que ma fille et nous parents ne sommes pas des numéros ou des codes barre. Je demande que mon message ne soit pas supprimé s’il vous plait, j’en assume la responsabilité moi-même, entièrement. Après tout, c’est cette justice qui a beaucoup à se reprocher, pas moi !



Didier Gellenoncourt

10. Didier Gellenoncourt 21/07/2012

Pour compléter mon témoignage juste au-dessus et afin de combattre contre les graves calomnies de cette assistante sociale et de sa hiérarchie, j'ai décidé de publier publiquement son nom. Il s'agit de Madame P. A., assistante sociale à Fameck.Ces abus de pouvoir sont inadmissibles. Quant à la décision de cette juge pour enfants, cela aussi est inadmissible. Ces personnalités se croient tout permis. Maintenant je ne sais pas ce que je risque en publiant cela mais ce qui compte pour moi, c'est la vérité et rien que la vérité. Et je soutiendrai toujours ma fille Loréliane qui n'a vraiment rien à se reprocher et nous non plus d'ailleurs. J'assume entièrement la responsabilité de ce témoignage car j'en ai vraiment assez, plus qu'assez de toutes ces calomnies, j'en suis malade tant ces personnes vous pourrissent la vie.



Didier Gellenoncourt

11. gharbi jamila 20/07/2013

bonjour,j'ai deux filles agées de 11 et 6 ans placées en famille d'acceuil,sa fait 4ans qu'elles sont placées,la juge des enfants ma accordé deux weekend par moi,le plannig des visite n'est pas respecté ni par les educateurs ni leur directrice ni la famille d'acceuil,je constate qu'ils font tous pour me faire baisser les bras,a se jour je suis seul a me batre contre ses sois disant travailleur social qui font tous pour que je soit en conflit avec mes filles je commence a sombrer dans une depressioncar je ni crois plus.

12. welcker 02/05/2014

je suis maman de deux filles de 15 et 10 ans suite à un divorce pour violences conjugales j'ai fais appel au juge des enfants afin de m'aider à protéger mes filles de leur papa grave erreur.
depuis 7 ans les différentes aemo se succédent avec un placement en foyer en 2009 pour cause de conflit entre les parents et une dénonciation aliéantion parentale qui après expertise c'est avérée fausse.
en octobre 2013 ma plus jeune de mes filles a été placée chez les grands parents paternels à 200 km de mon domicile avec un obligation de thérapie, et pour le papa de ne voir sa fille qu'en presénce de ses parents; l'ordonnance n'est aucunement respecté, ma fille veux rentrer et n'est pas bien, les éducateurs sont consient que le problème viens du papa, mais ils ne souhaite me rendre ma fille
que puis je faire
je me tiens à votre disposition pour vous fournir plus de renseignements
merci de votre aide

13. Brujat 07/09/2014

L'affaire UDAF de Pau scandale je signale

Mais il y a mieux. Cette histoire de l’UDAF de Pau,
qui a pendant 20 ans spolié les personnes placées sous sa « protection »

.A plusieurs reprises, des plaintes circonstanciées ont été classées sans suite.

Il a fallu l’acharnement d’un préfet, Michel Cabane (qui s’explique très clairement) pour qu’enfin une instruction soit ouverte.

Et qu’a fait le ministère public ?
Il a laissé passer le délai (volontairement ?
En échange de quoi ?)

et a repris la procédure trois jours après la prescription. Résultat : non lieu et plus de 4 millions d’euros détournés en toute impunité avec la complicité du système judiciaire.
Sans doute beaucoup plus nous dit le reportage. On veut bien le croire.

Le médiateur de la République a tenté de son côté de faire adopter des modifications pour renforcer les contrôles sur les gestionnaires de tutelle.

Mais toutes ces tentatives ont été vaines

En place à l'époque au Palais de Justice de Pau

le Juge de Pau Carine Balian Pas net
Brodart Dominique juge de Pau, Pas net

Le médiateur le dit lui-même dans le reportage : le lobby des associations gestionnaires de tutelle, l’UNAF en l’occurrence, est trop puissant. Comment ça « trop puissant » ? Qu’est-ce que cela signifie ? Cela veut-il dire que dans notre pays, on peut spolier des personnes âgées, les ruiner, les faire mourir comme Jeanne, avec la complicité passive de tous les corps de contrôle, élus compris ?

Je n’ose le croire mais je le crains. Je pensais que depuis Balzac, on avait mis fin à ces histoires sordides comme celle du « Curé de Tours ». Mais non, tout continue. Aux vu et au su de tous. Le reportage a beau donner les noms et les adresses des personnes accusées de détournement, d’abus de confiance et d’escroquerie, rien ne se passe.

J’espère seulement que ces tuteurs véreux, que ces juges passifs (et je suis poli), que ces autorités de contrôle opportunément sourdes et aveugles connaîtront sur leurs vieux jours le sort qu’ils ont fait subir à leurs victimes désarmées.

Ce reportage me laisse outré et scandalisé. La France est pire qu’une république bananière. Ça fait plus de 20 ans que ces scandales durent et qu’on ne voit rien venir de sérieux de la part des hommes politiques pour y mettre fin. On va finir par croire qu’ils y ont intérêt.
Et que cet intérêt se mesure en monnaie sonnante et trébuchante.

Vous savez où travailles de Directeur de l'UDAF de Pau

dans une Maison de Retraite

à ce jour il exerce " la fonction d'administrateur "

récemment cette maison de retraite à fait parler d'elle

taper sur Google

Meurtre dans une maison de retraite à Pau

14. perge 15/06/2016

je vais vous exposez notre situation qui est clairement un appel a l' aide, tout dabord il faut savoirque j' ai fait 2 crises cardiaques qui m' ont beaucoup affaiblis, j' ai eu beaucoup de mal a m' en remettre et je ne m' en suis pas encore remis ce qui explique surement une baisse de vigilance auprès de mes enfants.nous avons eu 2 signalements:
une de la part de lecole primaire de ma fille de 7 ans pour es raisons d' hygiène, elle a en effet
attraper la gale et des poux la même année a l' ecole, notre maison est entretenue elle nest pas
la cause de l' origine,apres on nous a dit que ma fille ne se lavait pas , hors nos deux enfants
prennent leur douche tous les jours,nous sommes au RSA mais jai fait 2 douches sépares expres
pour ca, qu' elle ne se changeait pas assez souvent ca par contre cest possible , elle choisit ces
vêtements toute seule car nous pensions qu' elle etait assez grande pour le faire , peu être a tort
le deuxieme signalement vient de l' infirmiere du college , mon enfant entrant en sixieme a eu des
problemes de comportement (son carnet est plein et a ete renvoyé 1 jour)cela a duré 6 mois a peu
pres durant lesquels on la puni e toutes les facons qu' on pouvait le faire, cela a porter ses fruits
puisque en 4 mois il na eu que un mot sur son carnet mais comme sa mere( je suis le beau pere )
et le fils ont refuser qu' il aille voir un psy le signalement a ete fait.
hors nous avons recu une lettre expliquant que nos enfants étaient en danger , nous avons eu la
visite de 2 assistantes sociales qui nous ont expliques que nous allions tous etre interrogés a part
comme des criminels donc en fait, onc je voudrais savoir quels etaient nos droits et obligations
mon email nnpredator@hotmail.com merci d’ avance

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site