Mineurs délinquants

Enfant "délinquant" Décidément le magazine du Conseil Général du Cher s’intéresse beaucoup aux mineurs. Cette fois il fait la promotion, dans son dernier numéro de l’année 2010, du colloque organisé par la très partiale Ligue des droits de l’homme à Bourges sur le sujet "Le jeune et la justice".

On peut tout de suite penser à ces foyers d’injustice où sont placés des enfants qui ont eu le malheur d’être séparés de parents que les sévices sociaux, selon leurs propres critères jugent maltraités parce que " obèses, pas toujours bien habillés, soumis à une pression scolaire, renfermés, élitistes, … " en espérant que les gosses traumatisés ne sont pas mis en présence d’adeptes adolescents des tournantes dans les caves.

On se dit finalement que ces CEF (centres éducatifs fermés) pour plus de 13 ans multirécidivistes mettent des gamins injustement placés à l’abri des violences autres que celles d’éducateurs. Et puis on apprend que Dominique Versini, inutile défenseure des enfants dénonce l’argent mis dans les CEF qui est autant de moins pour les associations et la PJJ (protection judiciaire de la jeunesse), vous savez ceux qui s’occupent de vos enfants qui ne sont pas encore délinquants parce qu’il paraît que les délinquants c’est vous !

Finalement pour tout ce petit monde, il faudrait supprimer les CEF quitte à faire de tout foyer un lieu d’accueil pour éventuels délinquants endurcis, tout cela au nom de moyens supplémentaires qu’entraîneront nécessairement les dégâts consécutifs à une telle réforme. Car, vu ce qui se passe déjà dans les foyers fréquentés par 50 % d’enfants qui n’ont rien à y faire, on tremble davantage encore à l’idée de la promiscuité d’enfants innocents avec des criminels juvéniles. On en tremble tellement que le placement d’un innocent dans un foyer tiendrait alors de la non-assistance à mineur en danger avec les conséquences que les parents seraient en droit d’en tirer. Nous n’en sommes pas encore là et quoi que l’on puisse penser des CEF, terme pudique pour "maisons de correction", on ne saurait admettre leur dissolution dans de telles conditions.

On comprend cependant bien le but de ce colloque : proposer des solutions aberrantes pire que le mal à soigner pour se dire ensuite victime de réformes adoptées sans moyens à la hauteur, on connaît trop la chanson.

Xavier Collet

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (4)

1. Lucille Armentano 10/03/2011

C'est tout à fait vrai, supprimer les CEF ferait de tout foyer un centre de délinquance, mais bon on y est déja vu les rebus de la société qu'on appelle éducateur et qui y jouent les gardes chiourmes.
Je peux dire que j'en connait quelque chose pour les avoir fr&quenté y a pas si longtemps.

2. Senorita (site web) 11/03/2011

Ça ! je confirme pour eux les délinquants c'est nous.

Moi j'ai eu a faire a la police dernièrement pour être attendu suite a de nombreuses plaintes contre l'ASE que j'ai fait depuis 2 ans et resté sans suite ( il parait que j’énerve le procureur) j'ai été traité comme une accusée, dénigré sur le placement de mes enfants, mis en doute mes écrits, que ma dernière plainte n’était pas motivé, que je mélangeais tous, sur un ton quelque peut dévalorisant et rabaissant.
Les délinquant c'est l'ASE qui les formes dans les foyer de l'enfance et en famille d'accueil, je m’aperçois que mes enfants placés dont il on rompu le contact avec moi a l’approche de leur majorités devenir des délinquants, mais c'est encore de ma faute après 8 ans de séparations, j'en ai plus qu'assez d’être jugé, et ou je dois me justifié en permanence.
Ces pros n'aime pas être montré du doigt alors qu'il s’habitue car ce n'est que le début, des parents dans la même situation y en a des milliers et ils ne pourrons pas tous les museler.

3. guyanaG 22/03/2012

On ne place pas un enfant sous pretext qu'il soit " obèses, pas toujours bien habillés, soumis à une pression scolaire, renfermés, élitistes, … " ça va bien plus loin que ça ...

4. Cedif 22/03/2012

Vous n'avez pas tout à fait tort guyanag (attention à Jim Jones au passage), comme le précise Pierre Naves dans un cas sur deux le placement se justifie par des raisons sérieuses.
Mais dans un cas sur deux également on place un enfant parce qu'il est obèse, sur dénonciation calomnieuse, mais aussi ET n'oublions pas de le dire, parce qu'il faut justifier de placements pour obtenir des crédits supplémentaires et créer de nouveaux postes de fonctionnaires de l'ASE ! Merci donc de le dénoncer vous aussi.

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×