Créer un site internet

Les visites médiatisées : un instrument de rupture parentale ?

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (4)

1. Habiba 08/02/2012

A "Josick d’esprit agricole" et autres parents abusés : relisez attentivement les termes exacts transcrits sur vos jugements au sujet de la visite: est-ce une visite médiatisée ou un droit de visite et hébergement ? Si c’est une visite médiatisée = cadeau empoisonné = aliénation (rupture des liens affectifs) :

Brève explication de l’ordre pour la visite médiatisée : donc une instruction est ordonnée insidieusement par le juge et par vice de consentement avec violation du principe du contradictoire. Le juge suite à l’ouverture de cette instruction met en examen les sujets que l’ASE a désigné.

Ainsi par une provision le juge commet sous l’ordre de l’ASE un ou des techniciens (éducateurs), dont leur mission principale est de faire une expertise pré-sentencielle , afin de se permettre d’ établir un procès verbal pour favoriser le rapport de complaisance sentenciel pour exclure le parent jusqu’à le déchoir et même à lui suspendre des visites, c’est la post-sentence déclarée par le juge.

Relisez bien entre les lignes sur vos jugements ou ordonnances et vous comprendrez le sens de la demande de cette pourrie mission ordonnée par Le juge et vous réaliserez que sa demande n’est autre qu’une demande d’analyse de la pathologie du lien au travers des visites médiatisées qui ne sont que des visites théorico-cliniques.

Cet examen psychopathologique (défini par la pathologie du lien enfant-parents) est emprunt à une demande d’expertise relevant du cadre pénal et le juge emploie des termes dans son jargon afin d’occulter au justiciable le vrai sens alors que le vrai sens est le même pour tous les cas en France " dire qu’ils ont une psychose névrotique avec une personnalité schizoïde ", deux phases préméditées pour la post-sentence qui qualifient les parents de psychopathes et satisfaire l’ASE pour garder tous les enfants à long termes.

Après cette post-sentence administrativement et juridiquement comment voulez-vous que les parents puissent récupérer leurs enfants, même les avocats ne peuvent rien faire et d’ailleurs ils ne servent à rien, ils prêchent pour l’ASE (attention je ne prends pas parti pour les parents ayant une vraie reconnaissance pathologique invalidante)

A plus et courage, l’union fera notre force !

2. jacquelin 08/12/2012

oui je sais le probleme je suis dans la situation depuis dix ans , en mediation , traiter comme la derniere des personne aujourdh ui je fait les demarche administratives mon fils agee de 14 ans est balloter , il cherche des reponse s a son histoire il me l on preparee pychologiquement fait en sorte le detourner de moi , c est mon combat aujourdui . et le juge des enfants ferme les yeux ouvertement , honteux dr berger et l ase

3. trompat 30/07/2013

moi cela a été reconnu que l'ASE de mon département est responsable du placement de ma fille. Pour éviter de perturbé l'enfant plus qu'elle ne l'est déjà on avait envisager un retour progressif de l'enfant à mon domicile. Le 1er juillet l' ase change de responsable et elle se permet de tout suspendre ce qu'on avait mis en place. Que faire car je ne trouve rien à ce sujet

4. MOREL 27/01/2017

Bonjour,j'aurai voulu une réponse pour cela.
la jugé a mis sur l'ordonnance que nous ayons une conciliation familiale=thérapie familiale .je veux faire un courrier pour que nous financions notre thérapie pour que l'assistante sociale,les éducateurs ne fourrent pas leur nez dedans.Dois-je demander un ajout sur l'ordonnance de la part de la juge+je veux modifier le lieu.Cela afin de protéger notre vie intime et, familiale.De plus,c'est un soin ,Donc,cela reste confidentiel.
Que me conseillez vous?Merci de votre réponse

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site