Les punitions des sévices sociaux à l'enfance

Le petit prince Placement abusifs, un scandale dont on parle de plus en plus‏ 

S’il existe une tradition française bien ancrée dans la population c’est la pratique de la dénonciation. On peut certainement blâmer là l’envie, un mauvais penchant de l’âme franchouillarde encouragé par nos institutions et nos media.

Quoi les voisins mangent du beurre, ils ont du café !? S’exclame la mère Frachon, c’est sûr ils font du marché noir et ce qui leur arrivera c’est bien fait, rajoutera-t-elle en envoyant sa lettre anonyme à la Kommandantur. Tu sais ceux qui ont un piano, je suis sûr que c’est des Juifs, on n’en a pas nous un piano, on va le raconter à qui de droit, menace le père Lopez.

Pas plus la Kommandantur que le fisc ou les services sociaux ne font trop de détails, il n’y a pas de fumée sans feu et il faut bien justifier de l’activité de son personnel. Mais le pire c’est de s’en prendre au sang plutôt qu’à l’argent. La fortune cela se refait, la famille non. Faute de Kommandantur, de Stasi ou de KGB le prolifique dénonciateur, jaloux du succès ou du bonheur de son voisin, va donc balancer aux services sociaux de l’enfance.

Certes ne jetons pas la pierre à tous les fonctionnaires de l’administration de l’aide sociale à l’enfance (ASE), si parmi eux ils s’en trouvent quelques honnêtes et dévoués à la cause de nos têtes blondes en détresse ils n’hésiteront pas à se manifester pour nous aider. Mais pour l’instant aucun n’a répondu à l’appel. N’en tirons pas des conclusions trop hâtives, contentons nous des faits car ceux-ci sont têtus, dixit Lénine, pour parler un langage qu’ils comprennent.

Les faits en l’occurrence sont qu’à la suite de calomnies ou d’une situation mal interprétée, ou encore déjà résolue, un enfant sur deux fait l’objet d’un placement abusif en foyer.

Oui, un enfant sur deux !!! Autrement dit, un papa et une maman sur deux ne peuvent rencontrer leurs enfants sous surveillance de garde-chiourmes qu’une fois par mois sans qu’ils soient le moins du monde dangereux pour leur progéniture. La question se pose alors de savoir comment cette relation anormale est vécue par les uns et les autres. En général, sûrs de leur bon droit les personnels de l’aide sociale à l’enfance et des associations stipendiées regardent avec suspicion les parents, et au mieux les traitent comme des incapables majeur.

Cette attitude est tout à fait désastreuse pour leurs enfants qui en viennent à avoir peur et penser qu’ils ont été enlevés à cause de leurs parents. Et effectivement, les jeunes raptés sont conditionnés pour intégrer que leur situation découle de l’anormalité du foyer parental, alors qu’a contrario leur situation en foyer serait, elle, tout à fait justifiée. Il est nécessaire pour les sévices sociaux que l’enfant raisonne de la sorte. Faute de quoi l’enfant pourrait ne pas accepter la situation qui lui est faite et devenir une source de désagréments.

Maintenant comment peuvent réagir ces parents qui n’ont rien à se reprocher face à une telle situation ? La réponse à cette question n’est pas si compliquée car vous qui me lisez, vous vivez certainement au sein d’une famille qui n’a pas été séparée, vous ne subissez ni ne faites subir de maltraitances au sens où vous ne mettez pas en danger la santé physique ou mentale de vos enfants. Vous pouvez donc vous situer dans cette frange de parents attentifs au développement de vos enfants.

Alors imaginez que vous soyez placés dans le collimateur d’une organisation syndicale bien implantée dans les sévices sociaux, genre FSU, que votre bonheur conjugal en gêne certains, que les bons résultats des enfants et leurs capacités de travail inquiètent les biens-pensants de l’égalitarisme.

Bien sûr, vous n’êtes pas au courant de ce qui se trame dans votre dos, jusqu’au jour où l’ASE (nouveau nom de la DDASS) vous écrit et vous envoie un bouledogue en jupon, voire une ancienne activiste des brigades rouges (cela s’est vu), qui s’invite chez vous en vous expliquant que vous faites l’objet d’une assistance éducative en milieu ouvert.

Pas de panique encore, ils ne vous enlèvent pas vos enfants, ils viennent juste les mettre en liberté surveillée sous votre propre toit. Le bouledogue en jupon qui a dû un jour être une femme vous expliquera, au besoin devant vos enfants, que vous n’êtes pas de bons parents. Elle sait comment on s’occupe des enfants, la preuve ce sont les siens qui viennent insulter les vôtres à l’école ou se moquer d’eux parce qu’ils n’aiment pas le rap et qu’ils prennent trop souvent la parole en classe. Ses enfants sont normaux pas les vôtres, soyez en convaincus. Et d’ailleurs si vous rechignez à la mise en place de cette mesure, vos enfants vous seront retirés pour être correctement conditionnés.

Imaginez-vous dans votre salon un peu trop coquet à son goût, elle regarde partout sans avoir l’air d’y toucher, ne peut réprimer une grimace quand elle voit des livres en anglais, voire en bulgare qu’elle doit confondre avec du russe, vous semblez lui étaler votre élitisme et la renvoyer à ses complexes. Elle fixe son regard sur un livre hommage à Ronald Reagan, vous avez de drôles de références pense-t-elle.

Elle s’inquiète donc de savoir si son intervention est perçue comme il se doit.

En fait je ne sais pas ce qu’il y a dans votre bibliothèque et si vous avez laissé traîné quelques numéros de l’Humanité Dimanche, elle devrait être plus souriante. Enfin autant qu’un bouledogue puisse l’être sans tacher votre persan d’une coulée de bave.

Je ne sais pas non plus comment vous allez réagir face à cette agression, vous serez peut-être tétanisés, incapables de dire un mot, paralysés par le choc, la peur de ce qui pourrait se passer pour vos enfants. Elle note mentalement tout cela, vous êtes là pour faire vos preuves de docilité et de résignation. Vous êtes là pour vous écraser à domicile. Vous n’êtes pas égaux en droit, vous qui l’avez laissé entrer oubliez tous les principes constitutionnels. Non, vous êtes un prévenu qu’on ne prévient pas, suspecté de quelque chose que vous ignorez, elle a l’autorité avec elle et vous de graves ennuis en perspective. En fonction de ce qu’elle verra, le vrai ou faux expert psy (cela s’est vu également) aura de quoi manger du caviar et des éléments pour son rapport à venir.

Vous sentirez vraisemblablement votre pied droit qui vous démange. Vous lutterez ardemment contre la pulsion difficilement répressible de raccompagner cette sale bonne femme par voie aérienne à grands de pompes dans le cul jusqu’à votre perron. Une pulsion libératrice et oh combien justifiée car de quel droit critiquer ainsi votre mode éducatif ?

J’ignore donc ce que vous auriez fait, mais je connais la façon de réagir d’un ami en suite à la dénonciation d’une voisine, vous savez une de celles qui se veulent "progressistes" et inspirent confiance aux pouvoirs publics par leur engagement dans des associations subventionnées. Je sais que mon ami a posé à raison qu’il était un bon père et sa femme une bonne mère, qu’en conséquence cette mesure ne s’imposait pas.

Je sais qu’il a critiqué l’institution française de l’aide sociale à l’enfance en comparant cette institution à celles de son pays d’origine, un pays communiste qui savait comment normaliser les comportements. Mon ami ne s’est laissé normaliser ni là-bas ni ici, il est demeuré debout en conservant sa dignité d’homme et de père, c’est pour cela que les sévices sociaux lui ont brisé sa famille.

Oui tout cela parce qu’il persiste à croire que la famille est le lieu idéal de développement des enfants. À le croire et à le dire, il sera jugé paranoïaque et inapte à une vie familiale tant qu’il n’aura pas renoncé "à ses convictions et certitudes".

Mon ami aurait dû se soigner pour abandonner de telles convictions, il ne l’a pas fait et cela pèsera lourd dans la balance. Eh oui, pour les sévices sociaux nos convictions se soignent, on appelle cela de la rééducation il me semble. D’ailleurs il existe des camps pour cela, en France on les appelle des foyers. Faute de rééduquer le père, ce sont donc les enfants qui seront placés en foyer, puis dans des familles méritantes aux yeux de l’Etat. Ce placement durera aussi longtemps que le père ne fera pas son autocritique devant les sévices sociaux, leurs alliés associatifs stipendiés et ses propres enfants, tant qu’il n’avouera pas des difficultés familiales ou personnelles, oui cela est écrit noir sur blanc, je n’invente rien.

Il sera même reproché au père de parler à son fils de la médiatisation de cette affaire et d’ébranler la conviction implantée chez son enfant que ce qui lui arrive serait pour son bien. Face à cette volonté légitime d’agir pour conserver la confiance et la capacité de son fils à comprendre le drame vécu, les sévices sociaux puniront le père d’une peine supplémentaire d’un an d’éloignement et qualifieront son acte "d’incapacité de respecter le cadre posé pour préserver ses enfants". Excusez moi de ne pas fournir les rires enregistrés tant cette situation est dramatique.

Cela se passe bien dans la France des sévices publics en 2010 et si il n’y a plus assez d’enfants pour maintenir l’emploi à l’ASE et dans les associations satellites, si vous ne plaisez pas à vos voisins progressistes, si vous ne reconnaissez pas que vos enfants appartiennent à la collectivité sociale avant d’appartenir à votre famille, si vous n’êtes pas prêts à vous humilier devant des parasites sociaux alors bientôt c’est votre famille qu’ils détruiront.

Xavier Collet

L'ami mentionné dans l'article c'est Boris Tanusheff.

8 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (23)

1. Marie 09/11/2010

Une bonne petite dénonciation pour régler ses comptes et paf, les sévices sociaux débarquent, de quoi justifier des postes de parasites en plus.
Je sais de quoi je parle, ma belle-mère a fait le coup à ma famille, je la hais celle-là.

2. seotons (site web) 31/01/2011

Je suis tombe par hasard sur ce site, je le trouve vraiment bien. Continuez comme ca =)

3. ANONYME 31/01/2011

Si un enfant parle, ce que les associations encouragent pour tomber dans la gueule du loup,
malheur à celui qui entend cet enfant
Il y a 2 choix :
ou vous gardez le silence, vous êtes donc complice d'abus, vous pouvez être condamné
ou vous faites votre devoir légalement, et vous devenez un coupable aux yeux de la justice Française
Cet enfant sera puni, il n'a pas gardé le secret
Le papa ou la maman, ou les deux qui le protègent, ne le reverront plus
Les services sociaux s'emparent de l'enfant, de l'enquête, inversent les rôles et l'étouffe
Un permis de recommencer est donné aux pédophiles, aux violeurs en toute impunité
Des pressions seront faites sur les avocats, et se sera la loi du silence
Accepterons-nous encore longtemps, cette loi du silence ?

4. luc (site web) 01/03/2011

Il faut savoir qu" un enfant placé abusivement en foyer coùte aux contribuable 200 euro/jours vous le multiplié par 30 = 6000 euro/mois où 72000 euro à l"année ,dont c "est argent est blanchie par ces foyers qui sont des associations loi "1901"pour étre plus direct association de malfaiteurs ,et pour revenir aux 200 euro jour c est argent aurait pù servir pour loger des "sdf" ou des familles mal loger, mais ces crapules d"éducateurs ont la complicités de ces voyoux de jujes corompus.Faut il attendre encore 50 ans pour faire une bonne réforme ? où faut il agir comme les pays arrabes en ce moment et se révoltés ce qui pourait arivé ici biéntot.

5. valton 01/03/2011

Trés bon site j y suis tomber au hazard www.lamemejusticepourtous.org et www.ripou

6. joly 05/10/2011

Je suis ravie de savoir que des personnes prennent la relève. J'ai eu un enfant placé, et j'ai plus ou moins réussi à sauver l'autre. Sauf que dans certains cas, l'ADDAS ne l'entend pas de cette oreille. Je n'ai pas revue mon fils depuis 10 ans, seulement je viens d'apprendre il y a peu qu'il venait de se faire opérer du coeur. Hors il s'agit là d'un rebondissement formidable. Depuis son enfance, je n’arrêtais pas de dire qu'il avait un problème cardiaque, lors de son placement, le cardiologue payait je suppose gracement par l'institut , stipule je cite" qu'il n'y a aucun problème, aucun souffle ". Dossier truqués, jugement sans droit à la défense, pièce disparue, . Et j'en passe 17 ans de procédure, et des vies de gâchés. J'ai l'intention de ré déposer une plainte, contre les services de l'Ase.

7. dilou 27/11/2011

Bonjour, je suis extremement heureuse de voir que d'autres ont vécu ou vivent ce que je vis actuellement, j'ai un fils de 11 ans, il est psychotique, le centre de jour dans lequel il est soigné m'a un jour dit qu'il lui faudrait un éducateur, après avoir longuement hésité, j'ai accepté, une aide educative administrative a été mise en place, depuis mes ennuis ont commencé, 2 visite d'une asistante sociale et d'une infirmière a domicile,Pour l'A.S rien a dire, par contre pour l'infirmière, elle avait du etre a l'école des SS, je me suis vue mise plus bas que terre, le pire c qu'il y avait un ami a la maison, et quand j'ai craqué, elle m'a dit "vous voyez que vous n'allez pas bien",meme un prévenu en garde a vue etait mieux traité et respecté que je ne l'ai été, en fait je me suis mise a pleurer parce que je ne pouvais pas la frapper. En suite il y a eu commission petite enfance, c'est une sorte de réunion ou nous sommes invités en tant que parents, et ou je me suis vue reprocher le fait d'etre maman solo, et surtout par cette infirmière la mauvaise tenue de ma maison, alors que la seule réflexion qu'elle a fait en rentrant chez moi c " ha ! vous aves fait le menage parce qu'on venait" quand elle a voulu en parler, je l'ai remise en place en lui rappelant sa réflexion et qu'elle l'avait faite devant témoin, du coup on ne l'a plus entendu.
bref, a la fin de cette réunion ou on vous donne l'illusion d'avoir droit a la parole, la MDPH a décidé d'un placement de mon fils 2 soirs par semaine dans une maison d'enfants.
je suis donc allée voir la maison d'enfant avec l'educateur, encore pleine d'illusions, et la ! il ne s'agissait plus de 2 soirs, mais de carrément toute la semaine. J'ai refusé ! donc actuellement nous en sommes a un signalement a un juge pour enfants.

LE PIRE DANS TOUT CA C QU'ILS ME DISENT QUE JE SUIS SUPER MAMAN, MAIS QU'IL FAUT QUE JE ME REPOSE, QUE MON FILS ME FATIGUE !!!!

EN PLUS ILS SONT ALLE LUI DIRE QUE LA SEPARATION ME PERMETTRAIT DE ME REPOSER, PARCE QUE M'OCCUPER DE LUI ET DE SES SOINS M'A FATIGUEE !!!!!!

DE QUEL DROIT ?????

j'ai du rassurer mon fils et lui dire que je n'etais pas fatigué par lui, qu'il était toute ma vie, et que je na laisserais rien ni personne nous séparer quitte a quitter la france.

8. CEDIF 27/11/2011

Il faut absolument que vous preniez un avocat pour cette comparution devant le JDE, que vous consultiez le dossier d'assistance éducative et que vous prépariez le dossier d'assistance éducative à partir de là.
Pour plus d'avis : collet.xavier@aliceadsl.fr

9. dilou 28/11/2011

Bonjour, je n'arrives pas a vous envoyer un message plus plus d'infos, alors voici mon adresse mail ! marieodilejouaux@ive.fr
je sais qu'il n'est pas prudent de donner son adresse en ligne, mais la je n'ai plus rien a perdre, et si les personnes qui voient votre site veulent me laisser un message d'encouragement sur mon mail, ils sont les bien venus.

Voila, j'ai besoin de savoir quel avocat prendre, et il faut qu'il accepte l'aide juridictionnelle et qu'il soit sur lyon ou peripherie proche.

Quelles sont les démarches a faire pour que tout se passe au mieux lors de la convocation au juge.

En tout cas merci a vous

10. Phil 01/12/2012

bonjour
je viens juste de découvrir ce site
les sociaux des malaisants ...
Les rois des débiles et pour preve ; ils vont jusqu au vous reprocher d etre trop exigeant sur la scolarité , l'hygienne les habits ....

11. Flavie 07/09/2014

Faire attention aux services sociaux

12. Flavie 07/09/2014

Fuire les services sociaux comme la peste

13. Bernard 07/09/2014

Bravo superbe site, il faut dénoncer le commerce de la chair des travailleurs sociaux, j'en profite pour dire que Michel Godet le fait dans son dernier livre. Il explique que la misère est un business pour la gauche donc pour les travailleurs sociaux et que ce business ils font tout pour le conserver.

15. Lavéritéquidérange 07/09/2014

Abus des services sociaux où la vérité qui dérange

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/08/08/27802082.html

merci de faire circuler cette information attention danger

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/08/08/27802082.html

16. Guy 07/09/2014

La mafia légale du barreau des avocats !
Nous pourrions en écrire une encyclopédie !
Mais que faire ?
C’est la « profession » la mieux défendue dans ce système avec quasiment 75 % des élus qui en font partie

17. Paul 07/09/2014

Les abus des services sociaux plonge leurs victimes dans un combat qui est difficile. Pour achever de s’en convaincre il suffit de comparer cette institution avec une autre: la Police. Dans la police il existe un service qui se charge de faire le ménage dans ses propres rangs. Il s’agit de l’Inspection Générale des Services, IGS, plus connu sous l’appelation de police des polices. L’actualité récente à travers les affaires de Lyon ou de Marseille nous montre l’efficacité de l’IGS qui concourent maintenir une déontologie et à faire de la police un institution au service de la population. Du côté des services sociaux, il n’y a hélas pas d’équivalent. Il n’y a personne vers qui se retourner et qui va engager une enquête interne. Le seul recours est la justice qui malheureusement travaille bien souvent de concert avec les services sociaux (cf l’affaire Outreau). Il est donc primordiale d’éviter le plus possible d’avoir à faire aux services sociaux.

Mais qui se cachent derrière ce terme générique de services sociaux ? Les personnes dont il faudra se méfier se présenterons derrière une fonction contenant le terme social tel que les travailleurs sociaux, les assistantes sociales, les éducateurs, les membres d’associations mandatés par le Juge des enfants pour faire des Aides Educatives en Milieu Ouvert (AEMO rebaptisée Aide Educatives à Domicile AED). Il conviendra de se méfier également des organismes qui se proposent de vous aider gratuitement sans contrepartie. Cela inclut notament les Centre Médico Pédo-Psychologique (CMPP) ou les services sociaux présents dans les écoles.

Le tableau vous paraît-il éxagéré ? Une recherche sur le web, telle que celle évoquée précédemnt ne suffit-elle pas à justifier cette méfiance ? Ce qu’il y a sur internet n’est que la partie visible de l’iceberg du scandale des abus des services sociaux. En effet le témoignage est entravé par de nombreuses contraintes. Il y a le secret professionnel, qui empêche la publicité systématique des affaires. Il y a la honte du regard culpabilisant de la société qui dissuade les parents ayant à faire aux services sociaux de parler de leur mésaventure. Il y a la faiblesses (économique, culturelle) des populations concernées qui ne leur permet pas de s’exprimer et de s’orienter dans un combat difficile contre le pot de fer.

Ceci étant, peut-on réellement éviter tous les acteurs des services sociaux pour éloigner toute menace d’abus ? Qui peut vraiment le faire. Une élite fortunée peut-être ? La vrai solution face aux abus et l’impunité serait de réformer le système en y ajoutant un vrai mécansime de contrôle et de contrepouvoir. En attendant faites passer le message en relayant l’information. Comme le disait Zola: "La vérité est en marche et rien ne l’arrêtera"

18. paul 07/09/2014

Oui je répondrais à Guy
la mafia légale

Les services sociaux connaissent les failles du système judiciaire et les exploitent à leur propre convenance. Je suis outrée par ces abus de pouvoirs sur une question qui a tellement d’incidence sur la vie d’humains et d’enfants.
C’est grave, très grave.

Les services sociaux ont souvent des qualifications très relatives en matière de psychologie et de psychologie enfantine encore plus. Et pourtant la justice leur confie à eux seuls l’exécution d’une mesure d’assistance éducative pour 1 an…..

Confier le destin de quelques uns à une seule personne subjective, faillible, corruptible, est très dangereux nous le savons de par l’histoire
.

Mais les intérêts financiers en jeu sont énormes et en France personne même de gauche ne pense remettre les choses à plat dans ce domaine , c’est dommage et triste car cela coûte beaucoup à la société.

Alors oui brisons le silence

l'union européen et les droits de l'homme ne valent rien

seul les sites comme le vôtre

peuvent faire

Ouvrir les yeux à certains parents où de gens de bonnes intentions

malheureusement la presse est interdite d'en parler
la désinformation bat son plein
pas de scandale /ne rien dire , d'ailleurs la presse est invitée à ne rien publier ni sur des journaux
ailleurs des les blogs sont censurés

cordialement ,

19. suire (site web) 20/03/2015

Bonjour à tous , vous citez Zola et Lénine sachez que les SS que je connais sont incultes , juste quatre questions ? pourquoi les SS n'interviennent pas sur ce site ?Pourquoi se cachent ils ?Pourquoi ne me répondent ils pas ?Qu'on t'ils à cacher ?Ma compagne Gwladys me dit ...Gros bêta la réponse est dans la question !!! Eh oui suis je bête parfois .Bon courage à tous.
René-Sylvain Suire 1 ter rue du martin pêcheur 79250 Nueil les Aubiers.

20. Louis 18/12/2015

Site salvateur, vous aurez réussi à éviter le placement de notre fille.
Notre entourage nous disait paranos... Finalement l'enquête qui nous concernait n'avait pas été close contrairement à ce qui nous a été affirmé. Ils attendaient juste une opportunité (qu'ils ont fortement cherché en vain avant de feindre de lâcher prise...) de nous la prendre.
ENREGISTREZ LES quand ils interviennent, quand ils menacent et manipulent ! et publiez, qu'on se marre à notre tour ! Que ceux qui placent par bêtise, soif de pouvoir, égo mal placé ou autres soucis psy répondent publiquement de ce qu'ils aiment à garder secret.

21. ceri (site web) 25/12/2015

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/08/08/27802082.html

Les services sociaux connaissent les failles du système judiciaire et les exploitent à leur propre convenance. Je suis outrée par ces abus de pouvoirs sur une question qui a tellement d’incidence sur la vie d’humains et d’enfants.
C’est grave, très grave.

Les services sociaux ont souvent des qualifications très relatives en matière de psychologie et de psychologie enfantine encore plus. Et pourtant la justice leur confie à eux seuls l’exécution d’une mesure d’assistance éducative pour 1 an…..

Confier le destin de quelques uns à une seule personne subjective, faillible, corruptible, est très dangereux nous le savons de par l’histoire.

Mais les intérêts financiers en jeu sont énormes et en France personne même de gauche ne pense remettre les choses à plat dans ce domaine , c’est dommage et triste car cela coûte beaucoup à la société.

Alors oui brisons le silence

l'union européen et les droits de l'homme ne valent rien

seul les sites comme le vôtre

peuvent faire

Ouvrir les yeux à certains parents où de gens de bonnes intentions

malheureusement la presse est interdite d'en parler
la désinformation bat son plein
pas de scandale /ne rien dire , d'ailleurs la presse est invitée à ne rien publier ni sur des journaux
ailleurs des les blogs sont censurés

cordialement ,
En savoir plus sur

Ils n’ont de rien , ils abusent et viols enfants , éducateur éducatrice assistante socials
s’engraisse à chaque fins de mois avec un salaire payé par l ASE voir Conseil Général de chaque département en France en tout impunité ils sont protégés, l’Etat =
à vomir , a gerbé !

http://dondevamos.canalblog.com/

22. ceri (site web) 25/12/2015

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/08/08/27802082.html

Les services sociaux connaissent les failles du système judiciaire et les exploitent à leur propre convenance. Je suis outrée par ces abus de pouvoirs sur une question qui a tellement d’incidence sur la vie d’humains et d’enfants.
C’est grave, très grave.

Les services sociaux ont souvent des qualifications très relatives en matière de psychologie et de psychologie enfantine encore plus. Et pourtant la justice leur confie à eux seuls l’exécution d’une mesure d’assistance éducative pour 1 an…..

Confier le destin de quelques uns à une seule personne subjective, faillible, corruptible, est très dangereux nous le savons de par l’histoire.

Mais les intérêts financiers en jeu sont énormes et en France personne même de gauche ne pense remettre les choses à plat dans ce domaine , c’est dommage et triste car cela coûte beaucoup à la société.

Alors oui brisons le silence

l'union européen et les droits de l'homme ne valent rien

seul les sites comme le vôtre

peuvent faire

Ouvrir les yeux à certains parents où de gens de bonnes intentions

malheureusement la presse est interdite d'en parler
la désinformation bat son plein
pas de scandale /ne rien dire , d'ailleurs la presse est invitée à ne rien publier ni sur des journaux
ailleurs des les blogs sont censurés

cordialement ,
En savoir plus sur

Ils n’ont de rien , ils abusent et viols enfants , éducateur éducatrice assistante socials
s’engraisse à chaque fins de mois avec un salaire payé par l ASE voir Conseil Général de chaque département en France en tout impunité ils sont protégés, l’Etat =
à vomir , a gerbé !

abus des services sociaux plonge leurs victimes dans un combat qui est difficile. Pour achever de s’en convaincre il suffit de comparer cette institution avec une autre: la Police. Dans la police il existe un service qui se charge de faire le ménage dans ses propres rangs. Il s’agit de l’Inspection Générale des Services, IGS, plus connu sous l’appelation de police des polices. L’actualité récente à travers les affaires de Lyon ou de Marseille nous montre l’efficacité de l’IGS qui concourent maintenir une déontologie et à faire de la police un institution au service de la population. Du côté des services sociaux, il n’y a hélas pas d’équivalent. Il n’y a personne vers qui se retourner et qui va engager une enquête interne. Le seul recours est la justice qui malheureusement travaille bien souvent de concert avec les services sociaux (cf l’affaire Outreau). Il est donc primordiale d’éviter le plus possible d’avoir à faire aux services sociaux.

Mais qui se cachent derrière ce terme générique de services sociaux ? Les personnes dont il faudra se méfier se présenterons derrière une fonction contenant le terme social tel que les travailleurs sociaux, les assistantes sociales, les éducateurs, les membres d’associations mandatés par le Juge des enfants pour faire des Aides Educatives en Milieu Ouvert (AEMO rebaptisée Aide Educatives à Domicile AED). Il conviendra de se méfier également des organismes qui se proposent de vous aider gratuitement sans contrepartie. Cela inclut notament les Centre Médico Pédo-Psychologique (CMPP) ou les services sociaux présents dans les écoles.

Le tableau vous paraît-il éxagéré ? Une recherche sur le web, telle que celle évoquée précédemnt ne suffit-elle pas à justifier cette méfiance ? Ce qu’il y a sur internet n’est que la partie visible de l’iceberg du scandale des abus des services sociaux. En effet le témoignage est entravé par de nombreuses contraintes. Il y a le secret professionnel, qui empêche la publicité systématique des affaires. Il y a la honte du regard culpabilisant de la société qui dissuade les parents ayant à faire aux services sociaux de parler de leur mésaventure. Il y a la faiblesses (économique, culturelle) des populations concernées qui ne leur permet pas de s’exprimer et de s’orienter dans un combat difficile contre le pot de fer.

Ceci étant, peut-on réellement éviter tous les acteurs des services sociaux pour éloigner toute menace d’abus ? Qui peut vraiment le faire. Une élite fortunée peut-être ? La vrai solution face aux abus et l’impunité serait de réformer le système en y ajoutant un vrai mécansime de contrôle et de contrepouvoir. En attendant faites passer le message en relayant l’information.

Comme le disait Zola: "La vérité est en marche et rien ne l’arrêtera"

Viols en foyers pour mineurs

Prédateurs et proies sexuelles parmi les mineurs
C’est donc à sa famille qu’une des fugueuses fera la révélation du viol subi lors de la nuit du 27 au 28 mars 2015. Les faits de viols n’auraient pas été commis par d’autres pensionnaires. Précisons au passage qu’il n’est même pas indispensable de fuguer pour se faire violer car les deux précédentes affaires de Saint Barthélémy d’Anjou et d’Angers respectivement à l’ITEP Le Colombier et au foyer pour pré-adolescents Aladin concernaient des viols collectifs entre mineurs placés. Sans compter d’autres affaires mettant en cause des éducateurs pédocriminels.

https://comitecedif.wordpress.com/2015/11/04/viols-en-foyers-pour-mineurs/

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site