Bizness de l'enfance ou les dérives de l'ASE - un témoignage vidéo en deux parties

Si l'on est cupide et sans scrupule, comment peut-on rapidement renflouer les caisses des conseils généraux en augmentant les subventions liées à l'action sociale ? - En plaçant rapidement un maximum d'enfants.

Rien n'empêchera ensuite les conseils généraux de gracieusement récompenser ses agents SS (services sociaux) pour avoir ainsi sauvé (détruit) tant d'enfants.

Les pouvoirs publiques, le conseil constitutionnel, et les parlementaires ont été, par différentes personnes et à travers énormément de courriers, de nombreuses fois alertés au sujet de toutes ces dérives de l'ASE qui existent et pérenne principalement a cause du fait qu'elles sont permises par de graves lacunes que comporte les dispositions du code de l'action de sociale et des familles.

Ceci est concrètement développé, détaillé et précisé dans ces courriers concernant toutes ces dérives qui sont d'après même les sources gouvernementales officielles manifestement incontestables. Pourtant, ces courriers, essentiellement motivées pour l'intérêt des enfants et des familles sont malheureusement restés lettre mortes. A croire que le bizness de l'enfance sous couvert de l'Aide Sociale à l'enfance en arrange certain.

Il est vrai que si l'on devait strictement placer les enfants uniquement quand cela est vraiment nécessaire, ce serait alors une énorme perte d'argent et nocif pour la croissance du PIB non marchand dans un monde ou le profit à tout prix et l'économie prime sur l'homme... et l'enfance. Il est vrai que intérêt financier et intérêt des enfants ne concordent pas forcément. Il ne faudrait pas remettre en cause ou toucher a ce lucratif bizness.

Ajoutons que nous avons connaissance de cas ou parfois les SS servent de plate-forme à la fourniture d'enfants pour des pédophiles. (preuves à l'appui) L'on peut également faire un parallèle avec un autre bizness de l'enfance des plus écœurant : les réseaux pédocriminels. (Espérons qu'il n'ai aucune convergence entre eux et l'ASE.)

Egalement, a ce sujet, nos gouvernants ont de nombreuses fois été alertés a travers des courriers, des saisines vidéos et écrites ; saisines ouvertes et publiques, et ce, avec a l'appui; une multitude et un grouillement de preuves manifestement indéniables. Pourtant, tous ces courriers, essentiellement motivées pour l'intérêt des enfants et des familles sont malheureusement et également restés lettre mortes.

 Le bizness et les marchés de l'enfance ont encore de beaux jours devant eux. A moins que s'impose un réveil massif du peuple mais n'espérons pas trop car de nos jours, la vie détaillée des célébrités n'a jamais été aussi importante et intéressante... (!)

Pour contacter l'auteur : pseudofree@hotmail.fr

 

 

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (8)

1. colombe (site web) 22/06/2013

Que faire contre ces voleurs et assassins d enfants ?

Comment porter plainte contre ces criminels ?

2. Epain gwladys (site web) 22/03/2015

Que faire? se battre tout simplement.
Pour ma part je m'informe, je m' instruis , je me cultive, je me renseigne ainsi
Je deviens plus forte .J' ai adhéré à ce site .
l'ASE sont des voleurs d'enfants il faut donc les combattre par tout les moyens que vous avez a votre disposition. Je vous conseille de bien lire les documents sur ce site .
Moi je ne lâcherai rien je refuserai jusqu' à ma mort de laisser faire ses assassins
.Si mon histoire vous intéresse je suis prête à vous la raconter .
Battons nous et n'abandonnons jamais notre combat contre eux .
et nous finirons par tous les avoir

3. sebastien 16/09/2015

bonsoir
je veux bien connaitre votre histoire et comment faire pour se battre contre l'ase et leurs faux
qui joue a détruit des enfants qui sont en sécurité et qui von bien
et craqué des couples
par tout c bataille et courriers sens réponse

4. EpainGwladys (site web) 17/09/2015

J'ai ecrit le temoignage sur la page "etre enlevé par les SS

5. lisez 22/09/2015

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/le-rapport-du-cide-sur-les-reseaux-154210#forum4241276http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/le-rapport-du-cide-sur-les-reseaux-154210#forum4241276

6. Boccara 13/07/2016

Tout ce qui est exprime par des faits. Comme le père exprime les faits.
Doit faire l objet d une plainte a la gendarmerie. Il s agit de la protection de snos enfants. Toutes ces personnes sans conscience qui soit disant s occupe de la protection des enfants ou,des vieux doivent être attaque directement au tribunal.

7. assistanteSocialeDanger (site web) 23/08/2016

Toute personne qui de bonne foi, a la naïveté de pousser un jour la porte d’un service social, pour quelque raison que ce soit, perd définitivement les clés de son destin, et livre malgré elle sa famille, ses enfants, et leurs futurs enfants, à une vie sans existence
Read more at Toute personne qui de bonne foi, a la naïveté de pousser un jour la porte d’un service social, pour quelque raison que ce soit, perd définitivement les clés de son destin, et livre malgré elle sa famille, ses enfants, et leurs futurs enfants, à une vie sans existence
Read more at Toute personne qui de bonne foi, a la naïveté de pousser un jour la porte d’un service social, pour quelque raison que ce soit, perd définitivement les clés de son destin, et livre malgré elle sa famille, ses enfants, et leurs futurs enfants, à une vie sans existence
Read more at http://asso-cedif.e-monsite.com/pages/histoires-vecues/un-bon-placement-est-un-placement-qui-dure.html#0JTc3f5I1xYizJeT.99

8. VioléesetSalies (site web) 23/08/2016

https://comitecedif.wordpress.com/

Violée à quatorze reprises
Les faits sont sordides.

La jeune victime de 16 ans attendait son copain en bas de la cité HLM de Rougemont à Sevran, lorsque deux voyous encagoulés lui dérobent son téléphone portable.

Trois autres individus viennent lui proposer de l’aider à récupérer l’objet du délit, elle les suit alors dans un appartement de la cité qui est en réalité un squat. Là, ses accompagnateurs et quatre adolescents déjà installés l’agressent et la violent.

Elle est ensuite traînée dans un autre bâtiment de la cité sans que nul n’intervienne sauf pour participer aux viols. Dans une cage d’escalier, ils sont dix à la violer en réunion par pénétrations violentes ou fellations imposées.

La victime est menacée si elle parle
Le lendemain la jeune fille, accompagnée de sa mère, dépose plainte et est menacée de se faire crever les yeux si elle ne la retire pas.

La famille tient bon et doit se cacher, c’est qu’au total seize violeurs sont mis en examen dont seulement neuf ont été placés en détention provisoire.

Comme souvent après l’agression innommable la terreur s’empare des victimes. Peut-on se rendre compte de ce qui signifie se faire violer par non pas une ou deux crevures mais seize ! L’affaire tient de la barbarie pure et simple.

Comment oser défendre le consentement ?
Les menaces ne fonctionnant pas cette fois, l’abjection habituelle des violeurs va consister à prétendre que leur victime était consentante ! Son avocate, Maître Élodie Bruyaf, devra donc s’abaisser à répondre à une telle accusation, comment peut-on supposer un consentement dans de telles conditions ?

Pour prouver le viol, il faudra en plus la preuve par SMS du traquenard qui avait été organisé par ses tourmenteurs, lesquels contactaient toute la bande pour leur annoncer qu’ils faisaient « tourner » une fille dans la cité.

L’empathie d’un éducateur pour les ensauvagés
La défense des violeurs montre bien à quel niveau d’ensauvagement sont tombés ces êtres que l’on pourrait difficilement admettre au même rang d’humanité que nous-mêmes.

Cependant l’ensauvagement est considéré comme une circonstance atténuante pour leur avocat. Est ainsi utilisée dans le procès les propos d’un éducateur qui avance que ces êtres sont pervertis par la société, ils ne se rendent pas compte du mal qu’ils font subir à la victime « et de ce que l’acte sexuel ne se fait pas dans des conditions pareilles ».

Que peut donc faire la justice de tels monstres ?
Le verdict nous l’apprend :

la menace pour retirer une plainte vaut trois mois de prison avec sursis ;
deux des violeurs sont considérés comme seulement complices et ils sont acquittés donc remis dans la nature ;
les autres sont condamnés de quatre et six ans de prison, mais avec les aménagements et remises de peine, on devrait en entendre parler à nouveau.
Les violeurs ont donc leur avenir devant eux, mais quel avenir pour la victime ?

Pour qu’elle se reconstruise, elle doit être reconnue comme victime et être protégée contre ses tortionnaires.

Ce n’est malheureusement pas toujours le cas car face aux risques de représailles la plupart des victimes de viol en « tournante » ne portent pas plaintes laissant impunis de tels actes de barbarie.

Quant au procès c’est une nouvelle épreuve.

Deux mois de réclusion pour avoir violé une mineure de 12 ans
Ceci nous amène à évoquer une autre dramatique affaire, celle d’un viol pédocriminel dont fut accusé un majeur de 41 ans sur une mineure de 12 ans.

Une ambitieuse avocate assura la défense du violeur et lui permettra de sortir de prison au bout de deux mois. Oui deux mois pour avoir violé une gamine de 12 ans !

L’enfant sera victime deux fois, d’abord de son violeur puis des flétrissures de l’avocate de son violeur.

Une avocate prête à tout
L’avocate en question, devenue célèbre, commentera des années plus tard cette affaire en précisait qu’elle savait que son client était coupable dans la mesure où il existait des preuves solides (le slip du violeur taché de sang). Mais une partie de la pièce à conviction avait disparu et l’enfant avait pu être présentée comme consentante.

L’avocate s’en était prise à la victime en argumentant de ce qu’elle aurait été émotionnellement instable, en proie à des fantasmes et en séduction d’hommes plus âgés. Elle ajouta avoir été informée par un expert en psychologie infantile de ce que les jeunes adolescents avaient tendance à exagérer les circonstances de leur premier rapport sexuel surtout lorsqu’ils viennent de familles désorganisées comme c’était le cas de la victime. Elle en vint même à dire que la victime avait déjà fait de faux témoignages contre des personnes.

La jeune femme violée a aujourd’hui 52 ans, elle a subi une addiction aux amphétamines, vit seule et garde une profonde rancoeur à l’avocate qui selon ses propos « l’a envoyé en enfer » en la chargeant comme elle le fit.

Cette avocate est indubitablement bien méprisable, son nom : Hillary Clinton.

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×