Précarité et protection de l'enfant pour les DSI des CG : une famille précaire coûte, un enfant placé rapporte

Site de la pétition : "MesOpinions.com" ; url de la petition : http://www.mesopinions.com/Précarité-et-protection-de-l’enfant-pour-les-DSI-des-CG--une-famille-précaire-coûte--un-enfant-placé-rapporte--petition-petitions-e3638bc65867d1ef4788298eca3655c4.html

Créée le 04/12/2010 - Fin le 04/12/2011
Liste des signataires sur le site d'origine

L'enfant et la fête Extrait de la pétition "Précarité et protection de l'enfant ... ". La totalité du texte est sur le site d’origine.

 
Françoise Fournier
 
A l'attention des contribuables,
Précarité et protection des droits de l’enfant pour les DSI des conseils généraux.

Une famille dans la précarité coûte par mois avec le RSA  690,14 € (828,17 € avec un enfant). Tandis qu’un enfant placé rapporte 7500 € par mois aux services sociaux.

Aujourd'hui, ici, en France, il y a un génocide d'enfants. Un génocide institutionnel invisible. Il prend de plus en plus d'ampleur à cause de la précarité, le mal logement (dénoncé par ATD Quart monde, secours catholique, fondation Abbé Pierre, Emmaüs).

200.000 enfants placés par l’aide sociale à l'enfance (ASE) sans que le parent n'y puisse rien. Sachant qu’il n’y a que 20% de ces enfants placés qui le sont pour maltraitance avérée. Tout les autres le sont pour des causes sociétales ou sur des dénonciations calomnieuses dans des conflits d’intérêts familiaux.

Si ce génocide est encore possible en France, aujourd’hui, malgré les rapports Naves-Cathala de 1984 et de 2000, c’est que le Code de l’Action Sociale et des Familles présente de graves lacunes et permet aux services sociaux de violer:
- les lois de la République,
- la convention international des droits de l’enfant ( CIDE),
- les Droits de l’Homme.

Les travailleurs sociaux sont juges et parti pris.
-1- les travailleurs sociaux sont :

Pour les enfants :

- les décideurs du placement, du bien fondé de faire perduré celui-ci,
- les juges pour qualifier l'enfant d'instable, d’hyperactif, sans repaire justifiant son placement et sa reconduction. Un enfant à qui ils ont coupé toutes les racines et les liens familiaux, entouré d’autres enfants dans le même cas, sera turbulent avec d’autres enfants tout aussi turbulents. Il apprendra à être violent par survie. Cf. le petit Christopher qui a fugué d’un foyer. Retrouvé mort 15 jours après. Placé depuis l’âge de 1an, sa famille, il ne la voyait que dans un lieu médiatisé avec des éducateurs pour vous surveiller les moindres faits et gestes. Il ne même avait pas où habitaient ses parents, ne voyait pas sa soeur jumelle. Jugé instable dès l'âge de 1 an (!), il devait être placé dans une institution pédopsychiatrique dans le mois suivant.

Pour les parents :

- des juges qui qualifient les parents de négligents voire maltraitants,
- des juges digne de foi pour décider que la relation nocive pour l’enfant,
- le parent qui osent manifester sa réprobation sera qualifié, par les travailleurs sociaux, comme étant atteint d’un « délire de persécution » forme chronique. Il les dérange dans leurs toutes puissances sur l’enfant,
- cet « abus de faiblesse » est adoubé par une expertise psychiatrique de 10 minutes sur un parent en grande souffrance parce qu’on lui a pris son enfant sur des allégations mensongères, sur de l’injustice sociétale.

La solution des travailleurs sociaux, c'est de surajouter de l'inhumain à l’inhumain. Le seul recul de cette institution sur la bientraitance de leur prise en charge dans 80% des cas (sauf les 20% d’enfant placé pour maltraitance avérée) est tourné vers leurs propres intérêts.  Jamais vers l’enfant qu’ils sont sensés protéger.

Cette institution est altruicide (cf. jean Maisondieu), génocide par narcissisme institutionnel.
-2- pour les travailleurs sociaux, tout va bien:

- d'un coté, vous avez les cadres de ASE, carriéristes, narcissiques,
- d'un autre côté, vous avez les travailleurs sociaux de base. souvent salariés précaires dans une association loi 1901, sous traitante de l'enfance. Si ils se tournent vers les syndicats, c'est les conditions de travail et l’emplois qu'ils défendent.

Pour l'un et l'autre, au plus il y a d'enfants à s'occuper, au plus ils seront rassurées, ’un, sur sa promotion professionnellle ; l’autre sur la pérennité de leurs emplois.

Au 4° assisses de la protection de l’enfance de juin 2010, tout comme aux journées de l’ANAS début novembre 2010, à Marseille, il ne fut question que de bilan comptable, de gestion. L’accroche étant : « la souffrance des familles, le désarroi des professionnels, Comment retisser le lien! »

Ces thèmes là ne furent jamais abordés, sinon en disant, par la voix de Mme Françoise Léglise, présidente de l’ANAS, que les travailleurs sociaux passaient tout leurs temps devant l’ordinateur, 6% dans une action collective. Plus loin, on y parle de « cesser le jeu stérile des narcissismes institutionnelles (sic) ». (...)

Un enfant placé rapporte 7500€ par mois 1 enfant. aux services sociaux.
Les conseils généraux donnent 7500€ par mois par enfant à ASE.

De l'argent qui ne redescend jamais vers l'enfant. Il nourrit les cadres des Services Sociaux.
- Cf. le rapport de la cour des comptes du 1° Octobre 2009 par Feu Philippe Seguin.

Tant que vous paierez, via vos impôts fonciers et locaux, sans sourcilier, sans vous demander où va cette argent, ce génocide institutionnel perdurera.
- Enquête INSEE 2006: 40% des SDF de 18 à 24 ans sortent d'une mesure de protection de ASE.

Françoise Fournier  : monfils.mabataille@gmail.com
   (redirection sur le site d'origine)
 

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Commentaires (6)

1. marie-yvette assistante familiale 30/01/2011

Les enfants confiés à L'ASE le sont, dans la majorité des cas pour des motifs de maltraitance, d'inceste et de carences éducatives graves.

Bien sûr il y a aussi des erreurs, des placements qui ne devraient pas avoir lieu mais en général les juges ne prononcent pas une mesure de placement sans motif grave.
Par conséquent le texte ci-dessus ne traite qu'une infime partie du sujet.
Pour ce qui est du coût du placement je suis d'accord il y a souvent des abus ! Ces abus se trouvent aussi dans les multiples aides qui sont versées aux Parents : par exemple, dans la majorité des cas maintien des allocations familiales lorsque les enfants sont placés, taxi payé par le Conseil général pour les visites etc...
Enfin je voudrai rajouter que chaque situation est différente, c'est un sujet qu'il faut traiter au cas par cas. Tous les Parents d'enfants placés ne sont pas "mauvais", sachons aider ceux qui ont la volonté de prendre un nouveau départ et de faire en sorte qu'ils puissent retrouver une vie familiale sereine avec leurs enfants. Les éducatrices , toute l'équipe ASE , les fmilles d'accueil travaillent dans ce sens.

2. Boris Tanusheff 30/01/2011

Madame, Mirabeau a une sentence « Mieux vaut sauver cent coupables que punir un innocent. » mais c’est un vieux principe du droit romain qui traduit le simple fait qu’un innocent condamné détruit la fois en justice (avec toutes les conséquences que cela entraine), des milliers.
Personne ne conteste que les SS puissent jouer un rôle positif quand parfois cela s’impose. Le problème n’est pas là. Les abus de leur pouvoir que les SS appliquent d’une manière arbitraire dans 50 % des cas pour leurs propres profits – les données viennent de leur inspectorat, sont source d’injustice et des enfants psychologiquement handicapés, des drames familiaux et des vies entières détruites. Même s’il n’existerait qu’une seule victime (mais malheureusement elles se comptent par centaines des milliers) notre obligation comme association est de la défendre quitte à présenter les exactions des SS que sur nos pages. Donc, au lieu d’essayer de nous convaincre qu’il y des exceptions, mieux vaut ouvrez au sein de votre propre profession si vous voulez vraiment que les choses changent.
P.S. A cause du placement de mes enfants j’ai perdu mon travail en CDI il y a trois ans. Depuis presqu’un an je ne suis plus indemnisé par l’Assedic et je suis passé au RSA couple – ma femme, dépressive à cause également du placement, ne travaille pas non plus. La CAF nous verse 288 € pour nos 3 enfants mais en même temps le Conseil Général nous demande 300 € chaque mois pour les « soins prodigués » à nos enfants. A cela s’ajoute le fait que c’est nous qui achetons les vêtements, les livres et les jouets pour nos enfants. Or, comme vous pouvez vous rendre compte, nous « profitons » pleinement des « multiples aides qui sont versées aux Parents » jusqu’à ce qu’on crève complètement !

3. ANONYME 30/01/2011

Ce texte est le reflet de ce qui se passe en France aujourd'hui, tout le monde le sait, mais personne ne fait rien
Il est certain que parfois il faut protéger des enfants dans certaines familles.
Je ne parle pas non plus des erreurs, mais des nombreux cas ou les SS ont sciemment inversé les rôles,
Un enfant qui parle, ne sera pas protéger, s'il est dans une famille influente, pire il sera puni
Son parent protecteur qui veut le protéger très légalement, tombe dans le piège
Car il s'agit bien d'un piège,
L'enfant "otage" sera isolé du parent protecteur,
et donné en garde dans sa famille incestueuse, qu'il a dénoncé.
Le parent protecteur subira toutes sortes d'agressions,
perdra toutes les procédures, et ne reverra plus son enfant, sans aucune raison, à part les mensonges des SS
Donc changeons les choses, pour ne plus avoir à rougir demain, des maltraitances que la justice Française avec la complicité des SS inflige à nos enfants pour protéger les coupables.

4. SOS Parents Abusés (site web) 31/01/2011

marie-yvette
Je conçois qu’étant dans le métier ici vous défendiez votre profession, c'est tout a votre honneur, mais dire aux milliers de personnes concernés par les placement abusif que cela n'est pas vrai, que c'est "des erreur" ou "les juges ne prononcent pas une mesure de placement sans motif grave", viens a remettre en doute la parole de ces parents dans la douleur de cette injustice et tout simplement les traiter de MENTEUR.
si on vous parle de tout cela c'est que cela est un énorme fléau national et que sur 140 000 enfants placés a penne 20% est concernés par réelle la maltraitance.
Vous le savez tres bien les juges non que quelques minutes a consacrés chaque année a un dossier,donc ne peux fondé son jugement que sur les rapports de l'ASE, Rapport dans notre cas monté de mensonge plus gros les uns que les autres, il ai reconnue que le conseil général a un des plus gros budget a gérer celui de la protection de l'enfance 6 Milliards par an et comme toute entreprise il ne dois jamais être a la baisse.
Donc nos enfants ne sont que de simple marchandise, ne vous déplaise, leur vie n'a peut d’importance pour eux.
On relève des milliers d'infraction aux code de l'action social, a la reforme du 5 mars 2007, aux droits de l'enfant, aux droits de l'homme, etc... et nié l’évidence n'a jamais fait avancé les choses, ne dite plus que tout cela n'existe pas car on le vie NOUS PARENTS!!
Dite il faut trouver des solution, Merci.

5. Julien 28/11/2012

Bonjour je suis moi aussi victime des rapport fausé des service sociaux. ma demande est simple j'ai un journaliste qui m'a contacter afin d'en faire un documentaire ou reportage et l'on me demande comment savez vous qu'il touche 7500 euros par enfant et d'ou aviez vous eu cette source? faudrait qu'elle soit sur svp

Cordialement

6. Laurence 28/11/2012

Bonsoir, il me faut absolument les réferences du texte qui fait que les services sociaux touchent 7500€/mois. Les avez-vous ?
C'est vital pour ma fille de 9 ans, je veux bâtir notre défense également autour de ça.

Merci à vous par avance.

Laurence

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×