La Direction de la Protection de la Jeunesse (équivalente de l’ASE au Québec) doit rendre des comptes

DpjLa Direction de la protection de la jeunesse au Québec est un État dans l’État. Elle dispose de tous les pouvoirs et utilise une obligation de confidentialité pour ne pas se justifier. Elle ne rend de comptes à personne, aucun garde fou, aucune autorité de surveillance. La porte est ouverte à tous les débordements : retraits abusifs des enfants de leurs familles pour un simple retard de langage, comme ce petit Mehdi...

 

Ouvrir une enquête publique sur la DPJ au Québec

  • Adressée à : L'assemblée nationale du Québec

La Direction de la protection de la jeunesse au Québec est-elle un état dans l'état? Utilise-t-elle l'obligation de confidentialité (la loi de l'omerta) pour ne pas se justifier? A-t-elle un garde fou? Une autorité de surveillance? Si ce n'est pas le cas, une porte s'ouvre à tous les débordements comme les retraits abusifs des enfants à leurs familles. Un enfant , privé de sa mère, pour un simple retard de langage est à présent sous Risperdal (neuroleptique) et se détériore psychiquement. Il ne faut pas confondre stade de développement et obligation d'âge. Un enfant doit toujours être maintenu dans sa famille lorsque de simples mesures éducatives suffisent.

La mère de l'enfant ne le voit qu’une demi-heure par mois alors que ce dernier la réclame et souffre mais la DPJ en a décidé autrement mais pourquoi? Pourquoi priver un enfant d’une mère aimante?

N’oublions pas qu’Einstein, le plus célèbre dyslexique n’a pas parlé avant l’âge de 3 ans. Et pourtant il a élaboré la théorie de la relativité en se visualisant à cheval sur un faisceau de lumière...

Les enfants ne suivent pas tous les mêmes stades de développement au même âge. Il y a des moyennes et des écarts types comme Einstein. Mais tous ont besoin de leurs parents imparfaits comme vous, comme moi, mais aimants.

Heureusement, " La création du Tribunal est un cadeau d’espoir pour les générations futures et un pas de géant dans la progression vers les droits de la personne universels et la primauté du droit. " (De Kofi Annan, Ancien Secrétaire général des Nations Unies Campidoglio, Rome - 18 juillet 1998)

N'oublions pas les enfants de la Terre sont les tiens, les miens, les nôtres. Il est de notre devoir d'adulte de les protéger. Ils sont notre avenir, notre humanité. Sans eux nous ne sommes rien, sans nous ils ne peuvent rien. Alors ensemble signons cette pétition pour leur donner le droit d'exister, pour leur donner une chance d'être les enfants de leurs parents.

Pour signer la pétition :

http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/ouvrir-une-enqu%C3%AAte-publique-sur-la-dpj-au-qu%C3%A9bec?utm_source=supporter_message&utm_medium=email&utm_campaign=petition_message_notice

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site