Pour rire un peu

"Laisse courir !" d'après Kutuzov Toutes ces brèves sont authentiques et tirées d'un bétisier du nom de "Désordre dans les cours de justice"

 

AVOCAT : Cette "myasthénie gravis", affecte-t-elle votre mémoire d'aucune façon ?

TÉMOIN : Oui.

AVOCAT : Et, de quelle façon affecte-t-elle votre mémoire ?

TÉMOIN : J'oublie.

AVOCAT : Vous oubliez ? Pouvez-vous nous donner un exemple de ce que vous avez oublié ?

 

AVOCAT : Docteur, n'est-il pas vrai que lorsqu'une personne décède en dormant, elle ne le sait pas avant le lendemain matin ?

TÉMOIN : Avez-vous vraiment passé vos examens à la barre ?

 

AVOCAT : Le plus jeune garçon, celui de 20 ans, quel âge a-t-il ?

TÉMOIN : Vingt, comme votre quotient intellectuel.

 

AVOCAT : Étiez-vous présent lorsque votre photo a été prise ?

TÉMOIN : Voulez-vous rire de moi ?

 

AVOCAT : Donc, la date de conception (du bébé) est le 8 août ?

TÉMOIN : Oui.

AVOCAT : Et que faisiez-vous à ce moment-là ?

TÉMOIN : Je baisais.

 

AVOCAT : Elle avait trois enfants, c'est exact ?

TÉMOIN : Oui.

AVOCAT : Combien étaient des garçons ?

TÉMOIN : Aucun.

AVOCAT : Y avait-il des filles ?

TÉMOIN : Monsieur le Juge, je pense que j'ai besoin d'un autre avocat. Est-ce que je peux avoir un autre avocat ?

 

AVOCAT : Comment votre premier mariage s'est-il terminé ?

TÉMOIN : Par le décès.

AVOCAT : Et, par le décès de qui s'est-il terminé ?

TÉMOIN : Devinez.

 

AVOCAT : Pouvez-vous décrire l'individu ?

TÉMOIN : De grandeur moyenne, avec une barbe.

AVOCAT : Était-ce un homme ou une femme ?

TÉMOIN : À moins que le cirque fût en ville, je vais dire un homme.

 

AVOCAT : Docteur, combien de vos autopsies avez-vous faites sur des personnes mortes ?

TÉMOIN : Toutes. Les vivants se débattent trop.

 

AVOCAT : Toutes vos réponses doivent être orales, OK ? À quelle école êtes-vous allé ?

TÉMOIN : Oral.

 

AVOCAT : Vous souvenez-vous de l'heure où vous avez examiné le corps ?

TÉMOIN : L'autopsie a débuté vers 20 h 30.

AVOCAT : Et M. Denton était mort à cette heure ?

TÉMOIN : En tout cas, il l'était quand j'ai fini.

 

AVOCAT : Docteur, avant de procéder à l'autopsie, avez-vous vérifié le pouls ?

TÉMOIN : Non.

AVOCAT : Avez-vous vérifié la pression sanguine ?

TÉMOIN : Non.

AVOCAT : Avez-vous vérifié la respiration ?

TÉMOIN : Non.

AVOCAT : Alors, il est possible que le patient fût vivant lorsque vous avez commencé l'autopsie ?

TÉMOIN : Non.

AVOCAT : Comment pouvez-vous en être si sûr, Docteur ?

TÉMOIN : Parce que son cerveau était dans un bocal sur mon bureau.

AVOCAT : Je vois. Mais, est-ce que le patient ne pouvait pas être quand même encore en vie

TÉMOIN : Oui, c'est possible qu'il soit en vie et fasse le métier d'avocat.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Ce qui suit comme sujet, même s'il reste sous le signe du rire, n'est pas lié directement à la catégorie "Magistrature". Toutefois il dépende d'une certaine manière de la justice comme valeur car l'accommodation à laquelle font preuve les gens de ce vidéo extraite de l’excellente série télévisée britanique "Allô, Allô" doivent faire face en même temps à leur conscience.

Synopsis  (source Wikipédia) : Cette série comique diffusée en France en 1989/90 uniquement sur Canal+ (et on comprend facilement pourquoi en regardant ce court extrait) met en scène René Artois, propriétaire d'un café dans un village de la France occupée. Engagé malgré lui dans la Résistance, il doit faire face aux Allemands, à son épouse Édith et aux femmes qui le trouvent irrésistible ! - En effet, il s'agit d'une parodie de la série Secret Army, produite et diffusée par la BBC de 1977 à 1979, qui était basée sur l'histoire de la Ligne Comète, un réseau de la Résistance intérieure belge qui exfiltrait des pilotes et des équipages alliés dont les avions avaient été abattus dans les territoires occupés par les nazis.  (Boris Tanusheff)

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. SIRIEIX 11/01/2011

Merci, ça fait du bien de rire aux éclats.

2. ally (site web) 01/05/2012

merci apres un nuit blanche ces breves d'audience me rendent bien le sourir :)

3. seguin-vilaysack 29/11/2013

Et du côté des magistrats...Et ce fut vécu :
Un des parents : La justice doit entendre toutes les parties...
Le magistrat : C'est vous qui le dites...
Un des parents : Le contradictoire doit être respecté, c'est une règle de droit
Le magistrat : C'est moi qui fixe les règles du droit, ici. J'ai décidé de croire seulement tout ce que me transmettront mes services, et personne d'autres !
Un des parents : S'il en est ainsi...

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×