La justice au kärcher

"Les copains d'abord" d'après Kutuzov« Brice Hortefeux a ses idées, j’ai les miennes » lapalissade Michèle Alliot-Marie. On aimerait pourtant que la Garde des Sots fasse preuve de plus solidarité à l’égard de son collègue et contre les magistrats voyous.

Mais revenons-en aux faits, que reproche Brice Hortefeux à une certaine magistrature ? Plein de chose en réalité, mais ce serait faire preuve de démagogie que de dénoncer ce que chacun d’entre nous ne peut plus supporter de la part de la caste magistrature dans notre pays.

Oui démagogie que de s’indigner comme tout un chacun que des automobilistes soient sanctionnés dès qu'ils dépassent de deux kilomètres/heure la limite de vitesse autorisée, tandis qu'un délinquant condamné, lui, à 18 mois de prison pour vol avec violences, cambriolage ou trafic de stupéfiants, ne passera pas un seul jour en prison.

Démagogie encore que vouloir troubler le sommeil paisible des juges coupables de mettre en conditionnelle un violeur qui repasse à l’action en violant et assassinant Natacha Mougel !

Démagogie bien sûr, encore et toujours démagogie, que de s’indigner du décalage entre la souffrance des victimes et la réponse pénale apportée par une minorité de magistrats !

« Minorité de magistrats » rien que là-dessus il y aurait à redire. Mais cela en est déjà trop pour les syndicats de magistrats qui au lieu de baisser les yeux rouge de honte et de raser les murs se mettent à aboyer « démagogie » l’écume à la gueule.

En effet, dans leur posture aristocratique et méprisante, les aboyeurs se réclament d’une conception dévoyée de la séparation des pouvoirs et donc l’indépendance du judiciaire face à l’exécutif afin de dénoncer le simple fait que le ministre commente une tragique décision de justice par une simple formule de bon sens.

Certes accordons leur que le principe de séparation des pouvoirs derrière lequel s’abritent le plus souvent les politiques pour envoyer bouler les justiciables était destiné à protéger les juges des interventions de l’exécutif. Ce fut alors un principe effectivement louable à condition que les différents pouvoirs restent contrôlés par le peuple et obéissent aux principes constitutionnels.

Il faut ainsi rappeler que la légitimité de l’État se base sur la défense des droits de l’individu que sont la préservation de l’intégrité physique et de la propriété, que la justice est chargée de sanctionner des atteintes à ces droits faute de manquer à ses premières obligations et donc de rendre des comptes.

Rappelons surtout que le peuple est censé exercer son contrôle sur la façon dont se rend la justice, il faut donc souhaiter que les jurys populaires s’appliquent aussi en correctionnelle ainsi que le propose aussi Brice Hortefeux, ou encore que les juges d’application des peines soient élus. Tout ceci car il va de soi que les magistrats répondent devant le peuple du mauvais accomplissement de leurs missions et cessent donc d’avoir le statuts d’incapables majeurs.

Si sur le principe la clique habituelle des droits sans responsabilités n’admet pas que la remise en cause des prérogatives féodales d’une magistrature travestie siégeant en ses trônes et dans ses ors de palais d’un autre âge ; sur le fond l’affaire tient d’un bras de fer corporatiste.

Ainsi l’organisation majoritaire de la magistrature, l’USM, par la voix de son président, ose déclarer « on ne peut traiter ces déclarations que par le mépris ». Oui vous avez bien lu, la magistrature n’est pas honteuse, elle méprise, elle nous méprise, elle s’étonne de ce que le ministre déroge en prenant la posture du peuple contre celle des juges voyous !!! Ledit président de l’USM a l’estomac de demander au ministre de « rétablir la vérité sur les magistrats ». La vérité vraiment ? Laquelle ? Celle qui risquerait d’emporter définitivement une magistrature dans des scandales encore inconnus du grand public notamment en matière de justice des enfants ?

Le parti socialiste embraie sur la même tonalité, tu m’étonnes, en s’en prenant à un manque de moyens pour les services chargés des mineurs délinquants. En gros, l’exécutif doit fermer sa gueule et faire payer les contribuables pour des services de justice dont on peut légitimement s’interroger sur les finalités. Paupérisation de la justice affirme Marie-Pierre de la Gontrie, secrétaire nationale du PS à la justice, paupérisation ou mauvaise répartition des fonds alloués ? On connaît les dérives de la protection judiciaire de la jeunesse qui n’hésite pas à effectuer de coûteux placements dont un sur deux est injustifié selon le Fil d’Ariane, alors que les crédits accordés aux détriment des familles seraient mieux employés à construire des établissements pénitentiaires.

La souveraineté n’appartient pas au juge mais au peuple. Il convient aussi de rappeler ce principe à Serge Portelli, président de la douzième chambre correctionnelle de Paris qui pousse le ridicule jusqu’à affirmer « On est en train de rentrer dans un état policier ! » et qui appelle à résister, mais au nom de quoi ? De cette république-tyrannie des juges qui sévit dans notre pays et qui n’a plus rien à voir de près ou de loin avec l’Etat de droit ?

Eh oui dans le France d’aujourd’hui, selon que vous serez bien gauche en cour ou simple manant la justice vous rendra noir ou blanc.

Souhaitons donc que ce ministre de l’Intérieur là aille au bout de ses déclarations en passant à l’action, c’est les prétoires que l’on doit karchériser.

Et si par malheur il n’y parvient, alors le dernier mot appartiendra au très à gauche syndicat de la magistrature, lequel par la voix de Benoît Hurel nargue Brice Hortefeux au sujet de sa condamnation pour injure raciale.

Karchérisez donc monsieur le ministre, nous vous précéderons si nécessaire en gardant à l’esprit ce que ces petits juges peuvent faire aux manants qui la ramènent puisqu’ils sont capables de procès politiques contre vous.

Xavier Collet

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

" Les citoyens devraient pouvoir contrôler les juges "

Dans "Mon dictionnaire des erreurs judiciaires" (éd. Plon), Maître Gilbert Collard, avocat au barreau de Marseille, décrit, de l'affaire Calas à celle d'Outreau, les mécanismes qui mènent la justice à condamner des innocents. En plein débat sur la réforme judiciaire, il en profite pour avancer ses propositions pour une justice mieux contrôlée.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (5)

1. André 09/11/2010

C'est très justement dit.
Pour une fois qu'un ministre remettait à leur place les petits juges on lui vole dans les plumes.
On continue à voir les politiques se débalonner sous prétexte de l'indépendance de la "justice"

2. in memoriam 09/03/2011

Dommage qu'Heurtefeux ne soit plus ministre, la racaille en robe a-t-elle eu sa peau ?

3. Job 07/09/2014

Michèle Alliot-Marie qui a étouffé des affaires de pédophilie rappelons le
d'ailleurs elle n'est pas la seule .....

L'Eglise irlandaise a étouffé des cas de pédophilie
Le Vatican face aux scandales de pédophilie système organisé pour étouffer des affaires de pédophilie concernant 14 500 enfants ...aussi en Angleterre

l’implication de la famille royale….et de personnalités très haut placées

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/04/14/enorme-scandale-en-belgique-les-anonymous-publient-une-liste-de-personnalites-impliquees-dans-le-reseau-de-laffaire-dutroux/

Si vous tapez dans votre moteur de recherche « Ombres et lumières réseaux pédocriminel » vous tombez sur un site d’une dame qui dans son dernier artcle vous donne la liste des pédocriminels français.

Elle a déjà publié la liste de ceux qui sont en belgique. Cette liste est relayé sur pas mal de blog dont celui de Mr Jacques Thomet.

Le réseau Coral existe toujours, mais dirigé par le jude « déculotté » et cela s’appelle » l’Espoir », soutenu et subsidié par Krouchner

Marcel Vervloesem a fondé l’ONG Morkhoven, en 1988. Il suit un réseau criminel international actif à un mélange d’exploitation sexuelle d’enfants et de terrorisme, quand il découvre le fichier Zandvoort, avec 93 081 photos pédopornographiques, selon Interpol. Le dossier conduit aux opérations policières Cathédrale, Hamlet et Koala, mais aussi a une série interminable de tentative de meurtre et de fautes de procédure volontaires sur base de plainte payées, pour anéantir son témoignage.
En 2001, Marcel Vervloesem dépose au procureur en charge du dossier Dutroux, la preuve l’existence d’un contrat de travail liant la femme du chef du réseau avec un studio de pédopornographie réputé exploiter des enfants d’une crèche à l’industrie du « bébé porno » à Amsterdam. En 2003, un agent du KGB témoigne que le fichier Zandvoort a été constitué sous le couvert du Kremlin pour faire chanter les personnalités et qu’il a employé Marc Dutroux.
Les plaintes payées ont menées Marcel Vervloesem en prison avec une interdiction de soin à un cancer métastasé, à ses défaillances cardiaques, rénales, diabète, hyper tension, etc., en 2005, 2008 et 2012, manifestement dans le but de le tuer. La dernière incarcération coïncide avec l’arrestation d’un infirmier, qui fait apparaître que le fichier Zandvoort comporte actuellement 10 millions de photos pour faire chanter les personnalités. Elle coïncide également avec le procès d’un ancien employé d’une crèche voisine du studio « bébé porno » d’Amsterdam, accusé d’avoir commis des abus sexuels sur 67 enfants et d’avoir produit et diffusé de la pornographie infantile.
On veut le faire taire, le censurer, l’empêcher de publier son livre et faire des révélations.
Le manuscrit a été saisi par la justice. Il est le premier prisonnier politique belge objet d’un jugement lui interdisant tout contact avec la presse et les organismes des droits de l’homme actifs dans la lutte contre la pornographie d’enfants.

réseaux pédophiles belges, dans son ensemble, elle date des années 1980. Bien avant l’affaire Dutroux. Elle a été inventée par un psychiatre belge soucieux de se venger de son ex-femme, celle-ci ayant eu l’indélicatesse de le tromper. Il a donc échafaudé une thèse où sa femme, des magistrats, des membres de la famille royale, etc. se tapent des gosses dans la joie et la bonne humeur. Cette théorie a bien entendu été démontée.

La théorie ressortira lors des tueries du Brabant qui ont marqué la Belgique. Vous ne voyez pas le lien ? C’était sans compter sur l’imagination débordante de ces conspirationnistes qui ont prétendu que les braquages avaient eu lieu pour récupérer des cassettes (eh oui, à l’époque) à caractère pédo-pornographique impliquant, encore une fois, des magistrats, la famille royale, des hommes politiques, etc. Sur les forums qui traitent des tueries du Brabant – dont on n’a jamais retrouvé les auteurs – le nom de Pinon apparaît régulièrement.

Forcément, Marc Dutroux, en 1996, c’était du pain bénis pour les adeptes de « la théorie des ballets roses ». La suite, vous la connaissez

4. Job 07/09/2014

Poutine bon élève de BHL et Bernard Kouchner.

Pédophilie et gauche libertaire, une longue tradition

http://www.nationspresse.info/non-classe/pedophilie-et-gauche-libertaire-une-longue-tradition

5. Job 07/09/2014

un enfant placé, c’est un bracelet electronique pour neutraliser un citoyen génant.

la france est hors la loi vis à vis de la CIDE.
20° anniversaire de la honte.
en France le plus gros maltraitant étant ASE.
ces "professionnels" de l’enfance sont imbus de leur position car ils savent que quoiqu’il en soit le juge du JAF ou des enfants va entériner leur avis au détriment des parents, mais surtout des enfants. (cf lire travail avec les parents d’enfants placés de jerome barbereau )
c’est dégoulinant de "bientraitance"
jamais un éducateur ne se positionne autrement !

puis il ne font aucun effort puisque les juges n’écoutent qu’eux !
aucun recul !

ceux ci transforment votre enfant en "budget de fonctionnement"

car chaque enfant rapporte 6000euros par mois, à ASE .

- parents-disqualifiés-enfants-placés.over-blog.com
- ASP DP
- eclma puteaux
- la justice de l’arbitraire
- le fil d’ariane-france attention .... abus de placement

- exactions.net (reportage à envoyé spéciale en 2008)
Abus de pouvoir et mépris des familles : témoignage

1929 : Création du « Foyer de Soulins » de Olga Spitzer une maison d’observation et d’orientation qui accueillait en internat mixte de petits groupes d’enfants de 6 à 13 ans.
1940-1945 : Un employé d'Olga Spitzer est devenu "secrétaire de la famille" du régime de Vichy, à Lille... hum...
Pendant l'occupation, ils affirment ne pas avoir collaboré avec les néo-nazis et transféré tous les enfants de ce foyer vers la zone libre.
Ce serait bien d'avoir des témoignages des anciens pensionnaires de ce foyer, qui auraient été envoyés en zone libre, non?
Ce foyer a déménagé en 1967. C’est aujourd’hui l’ITEP de Tigery dans l’Essonne.

SCANDALE A L'ASSOCIATION OLGA SPITZER A PARIS ET REGION PARISIENNE. OU COMMENT UNE ASSOCIATION MANDATEE PAR LES TRIBUNAUX POUR PLACER NOS ENFANTS AGIT EN TOUTE ILLEGALITE AVEC LES DENIERS DES CONTRIBUABLES DEPUIS 90 ANS.

rapport-sur-l-illegalite-de-l-association-olga-spitzer.pdf rapport-sur-l-illegalite-de-l-association-olga-spitzer.pdf

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×