Savoir parler comme un travailleur social - la langue de bois

FRANCK LEPAGE - LANGUE DE BOIS



Un extrait de la "conférence gesticulée" de Franck Lepage : Inculture(s). Le langage officiel y est étudié comme un sujet digne de son nom.

Comique vraiment ce sketch, disons que ce n’est pas là sa vertu première.

La langue de bois que l’auteur y tient et la construction de cette langue de bois nous rappellent évidemment la logorrhée creuse des travailleurs sociaux de la protection de l’enfance, mais aussi de n’importe quel peigne-cul, chargé de mission payé par les contribuables ou du cadre militant d’attac ou de la fsu, du syndicaliste professionnel.

Des mots qui ne veulent rien dire autour de leurs thèmes favoris, employés pour justifier la mise sous tutelle de l’individu et des familles par les tenants du tout État et des sévices publics.

Alors allez y construisez votre discours et déguisez-vous en parasite social, vous serez crédible si vous assemblez les termes suivants dans n’importe quel ordre : lien social, protection, cohésion, solidarité, intérêt de l’enfant, principe de précaution, développement durable, concertation, partenaires sociaux, service public, néo-libéralisme, collectif.

Je dois vous dire aussi, que cette démonstration assez féroce de l’auteur du sketch ne dénonce pas vraiment les travailleurs sociaux, non figurez vous que son auteur en est. Eh ouais, il a même pondu  un « Rapport sur l’éducation populaire ou le travail de la culture dans la transformation sociale et politique » pour Marie-Georges Buffet.

Visiblement au nom de l’ironie, ils ne pensent s’empêcher de se lâcher et d’être sincères quand ils pensent qu’on ne les regarde pas.

Mais pour ce coup là c’est raté.

La langue de bois 

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Logo Cedif

Créateur et administrateur / Responsable éditorial : Boris Tanusheff

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×