Boris ne renonce pas !

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. d'ALEO 14/11/2011

BORIS tiens le coup, bat toi encore et encore, continu nous sommes des centaines de parents amputés de nos enfants et VICTIMES de l'INCOMPETENCE des Services Sociaux A.S.E et de la JUSTICE FAMILIALE FRANCAISE..Nous SOMMES TOUS AVEC TOI ET POUR TES ENFANTS. Ces gents là n'aiment pas les enfants, n'aiment pas leurs proches, ILS VENDENT leur AME au DIABLE et justifient leur salaire sur la souffrance de NOS ENFANTS.. HONTE a nos J.A.E ou J.D.E assis sur leur SIEGE-EMPLOIE visé a VIE. Dans les points "Rupture" on n'y voit pas d'enfants de MAGISTRATS, d'AVOCATS, De FONCTIONNAIRE DE L'ASE, de NOTABLE "EUX ont des DROITS". Nos enfants servent a alimenter un budget de FONCTIONNEMENT. Et toutes les LOIS FRANCAISES, Les Conventions des CEDH et CIDE sont VIOLEES.

2. Boris Tanusheff 14/11/2011

Merci, d'ALEO ! Je ne suis pas certain que je vais infiniment tenir le coup mais je me battrai jusqu’à ce que j’aurai de la force et même après la récupération de mes enfants pour aider d’autres parents qui ne sont pas des centaines mais des milliers et des milliers de victimes de l’ASE, du JDE et du système mis en place. A ce propos – J’ai lancé un appel (trois au total) sur la page d’accueil de ce site : « Ce qu’il se passe dans le domaine de la protection de l’enfance n’est pas digne d’un pays qui se prétende berceau de droits de l’homme. Que de la souffrance la plus part du temps imposée injustement aux parents et enfants, dans l’indifférence médiatique totale car l’opinion publique est soigneusement tenue à l’écart des exactions de l’ASE supposée irréprochable. C’est pourquoi il est impératif de battre cette chape de silence posée sur le sort de nos familles, coûte que coûte, jusqu’à ce que nos cris aillent la faire briser. A cet égard j’ai une idée de riposte inspirée par Kant qui affirme que « Nous ne voyons pas le monde tel qu'il est, mais tel que nous sommes. » Or, quand nous somme faussement accusés par les SS et les juges, n’est ce pas parce qu’ils projettent selon cette logique, approuvée également par la psychanalyse, ses propres défauts et sévices sur nous. C’est pourquoi il est tout à fait légitime de penser que nous somme en face des fonctionnaires psychiquement instables, délirants ou déviants, et il en va de notre devoir moral de signaler au procureur, au nom de leur tant aimé principe de précaution, le danger que représentent eux-mêmes pour leurs propres enfants. Retourner le système contre eux c’est le meilleur moyen de les faire reculer. »

3. mila 22/05/2012

Le témoignage est clair, honnête. Dans ce pays de droits, il serait temps de mettre un terme aux agissements déconcertants de la machine judiciaire qui est sensée protégée les Jeunes, les Mineurs. Tout le monde sait que l'aide sociale à l'enfance ne mérite pas une telle dénomination. Souvent ils assistent pour détruire enfants et parents. Arrogants, désinvoltes, ridicules, nombreux sont les professionnels sociaux. Ils ont choisi le pouvoir face à des personnes fragilisées, face à des mineurs. Il serait temps de reformer dans ce domaine. Quand le gouvernement va intervenir ? la jeunesse c'est l'avenir de ce pays. Des centaines voire des milliers de jeunes sont soumis à la dictature de l'aide sociale à l'enfance.Pourquoi les enfants n'intéressent pas les politques ?

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site